Poussés à fuir leur pays, les migrants africains retrouvent leur dignité sous l’objectif de Dagmar

Souvent dénigrés par la société, les migrants de tous horizons ont pourtant des histoires à partager. C’est ce potentiel qu’a remarqué Dagmar Van Weeghel, une photographe qui réalise de sublimes portraits de migrants africains. En tenue aérienne ou en costumes, ses portraits dévoilent toute la grandeur d’âme et le courage qui se cachent derrière ces personnes hors du commun. 

Dagmar Van Weeghel est une photographe néerlandaise dont le travail a pour thème central un type de modèle particulier. Décidée à mettre un terme aux idées reçues qui sont encore trop répandues dans nos sociétés, elle a choisi de concentrer son travail sur les migrants africains. Femmes comme hommes, jeunes ou plus âgés, la photographe immortalise ces personnes qui ont dû faire des sacrifices pour obtenir une vie meilleure. Elle les met en scène avec humilité et simplicité en rendant hommage à ce qu’ils ont apporté à notre culture au cours des siècles.

Pour réaliser Diaspora (une série de portraits de profil), l’artiste a dans un premier temps trouvé l’inspiration auprès de son mari. D’origine zimbabwéenne, il a quitté son pays afin de se rendre en Europe il y a 9 ans. Toutefois, aucune tristesse ne se dégage de ces portraits. L’artiste les a vêtus de riches costumes composés à la fois de pièces anciennes et contemporaines. Pour les costumes, elle a pioché dans la culture espagnole, marquée par l’histoire mauresque et donc par l’influence africaine. Les portraits peuvent sembler exotiques à cause de l’esthétique, mais le but est lié au contexte dans lequel ils ont été créés – en particulier, le processus de « l’autre ».

De cette façon, plusieurs migrants âgés de 18 à 29 ans ont joué les modèles devant l’objectif de Dagmar. Pour chacun des modèles, la photographe a raconté leur histoire, parfois poignante mais disposant toujours d’une fin heureuse. Après avoir présenté leurs portraits aux intéressés, ils ont avoué qu’ils aimaient « leur portrait royal, qui mettait en valeur leur héritage, leur caractère et leur beauté, en particulier la force capturée qui les a touchés. ». Penda, Ninho, Chaila, Muna, Yesni ou Adam ont, par ces portraits, donné une nouvelle vision des migrants africains à des milliers de personnes, mais aussi partagé leur aventure.

Pour Dagmar, « Ces portraits sont un hommage aux migrants africains et à leur expérience collective, passée et présente, mais aussi un hommage à leur force, leur résilience et leur persévérance. J’espère que ce travail ouvrira des discussions et aidera à rappeler aux spectateurs les contributions importantes que les Africains ont apportées à l’Histoire européenne. ». Présentée dans des festivals d’art contemporain, Diaspora est une série à la fois touchante et poignante qui a marqué le monde et que l’artiste étoffe chaque année de nouvelles histoires. Pour en apprendre plus sur son travail, n’hésitez pas à aller visiter sa page personnelle et son compte Instagram.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux