― Tong_stocker / Shutterstock.com

L’Organisation mondiale de la santé indiquait en octobre dernier que plus de 300 vaccins potentiels contre le coronavirus étaient à l’étude. Au cours de ces dernières semaines, deux vaccins ont montré des taux d’efficacité supérieurs à 90 %. Ainsi, de nombreux pays préparent actuellement des plans de vaccination pour lutter contre la propagation du Covid-19. Face à cela, l’OMS indique que la vaccination ne devrait pas être rendue obligatoire.

« Il y a des circonstances professionnelles, pour lesquelles il serait nécessaire ou fortement recommandé de se faire vacciner »

Pour Michael Ryan, directeur des questions d’urgence sanitaire à l’OMS, l’arrivée des vaccins contre le coronavirus est une bonne nouvelle. En revanche, il pense qu’il est préférable de mieux expliquer les avantages des vaccins au lieu de rendre obligatoire la vaccination. Du même avis, la directrice du département immunisation et vaccins à l’OMS, Kate O’Brien, affirme que « l’obligation n’est pas la voie à suivre ». Cette dernière indique toutefois « qu’il peut y avoir certaines situations, dans des pays dans lesquels il y a des circonstances professionnelles, pour lesquelles il serait nécessaire ou fortement recommandé de se faire vacciner », citant certains emplois dans le milieu hospitalier.

De son côté, Tedros Adhanom Ghebreyesus, chef de l’OMS, recommande fortement aux pays qui projettent de déployer les vaccins au cours des semaines à venir de prioriser la vaccination pour ceux qui en ont le plus besoin, sachant que le nombre de vaccins sera limité dans un premier temps. Il recommande notamment de réserver les premiers vaccins pour les travailleurs du secteur médical ainsi que pour les personnes les plus exposées à des maladies graves ou à la mort en raison de leur âge. Lorsque le nombre de doses disponibles augmentera, le directeur général de l’OMS recommande également de procéder à la vaccination des personnes « présentant un risque plus élevé de maladie grave en raison de leurs antécédents médicaux et les groupes marginalisés à risque plus élevé ».

— M-Foto / Shutterstock.com

Les vaccins devraient être distribués équitablement à travers le monde

L’Organisation mondiale de la santé craint que les pays riches accaparent les vaccins qui seront disponibles en quantité limitée dans leurs premiers mois de disponibilité. Elle a donc mis en place un mécanisme appelé ACT-Accelerator qui doit permettre de distribuer équitablement les vaccins et autres traitements éventuels dans le monde. Cependant, ce mécanisme nécessite 4,3 milliards de dollars immédiatement. Et pour l’instant, l’institution spécialisée de l’Organisation des Nations unies manquerait de fonds.

Enfin, cette dernière indique qu’il ne faut pas baisser les bras, malgré l’optimisme que suscite l’arrivée des vaccins. « Les vaccins ne signifient pas zéro Covid. La vaccination ajoutera un outil majeur, majeur et puissant à la trousse d’outils dont nous disposons. Mais à elle seule, elle ne fera pas le travail », a notamment indiqué Mike Ryan, expert de l’OMS. Rappelons que le nombre de nouvelles contaminations risque d’augmenter de façon exponentielle au moindre relâchement des mesures sanitaires.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de