— szefei / Shutterstock.com

La politique de l’enfant unique a été appliquée en Chine pendant plus de 35 ans. Ce n’est qu’à partir de 2016 que les Chinois ont été autorisés à de nouveau avoir deux enfants, mais pas plus. Dans une évolution inattendue de la situation, les autorités chinoises ont officiellement annoncé que les familles chinoises ont désormais le droit d’avoir trois enfants. Cette décision a été prise après qu’une forte baisse du taux de natalité a été observée dans le pays.

Une baisse record du nombre de naissances en Chine en 2020

En 1979, la Chine, sous l’empire de Deng Xiaoping, avait instauré une règle drastique de contrôle des naissances, empêchant chaque couple marié d’avoir plus d’un enfant. Cette politique avait été imposée afin d’éviter qu’une augmentation trop importante de la population ne fragilise le développement économique du pays. En 2016, la Chine avait définitivement renoncé à la politique de l’enfant unique. À partir de cette année, chaque foyer chinois était ainsi autorisé à avoir deux enfants, mais pas plus. À l’époque, cette décision avait été prise à cause du déséquilibre démographique dans le pays.

En plus d’avoir une population de plus en plus vieillissante, la Chine avait également observé un grave déséquilibre entre les garçons et les filles. À cela s’ajoutaient également les pratiques barbares d’avortements et de stérilisations forcées. Six ans après l’abolition de la politique de l’enfant unique, il s’est avéré que cela n’avait pas eu les résultats attendus, a rapporté BBC. En raison de différents facteurs, notamment le coût de la vie en général, mais aussi l’impact de la pandémie de Covid-19, les Chinois restent réticents à avoir plusieurs enfants. Résultat des comptes : la Chine n’a observé que 12 millions de naissance en 2020, contre 14,65 millions en 2019.

Notons que quand le parti communiste a décidé d’abolir la politique de l’enfant unique, il avait escompté une augmentation des naissances de 3 millions par an pendant cinq ans. Étant donné que la population chinoise continue inexorablement sa tendance vieillissante, alors que le taux de natalité est en baisse constante, les autorités chinoises ont décidé que la limite du nombre d’enfants par famille sera désormais définie à 3. Notons qu’en 2020, la Chine comptait 264 millions de personnes âgées de 60 ans et plus, dans une population de 1,4 milliard d’individus.

— StreetVJ / Shutterstock.com

Une décision pour éviter une crise économique à cause du manque de main-d’œuvre  

Autrement dit, les personnes âgées ont représenté presque 20 % de la population chinoise. Cela représente une véritable catastrophe pour le pays dont le bassin de main-d’œuvre – essentiel à sa stratégie industrielle – n’a cessé de baisser. Notons que cette décision d’autoriser la naissance de trois enfants dans une famille s’accompagnera de « mesures de soutien, qui seront propices à l’amélioration de la structure démographique de notre pays, à la réalisation de la stratégie du pays consistant à faire face activement au vieillissement de la population et à maintenir l’avantage, la dotation en ressources humaines », a rapporté l’agence de presse officielle chinoise, Xinhua.

Ces mesures consisteront notamment à améliorer les politiques concernant les congés de maternité, la protection sur les lieux de travail et apporter diverses formes de soutien aux couples qui décident d’avoir plusieurs enfants. Selon les experts, cette mesure ne sera pas suffisante pour rééquilibrer démographiquement la population chinoise. « Autoriser trois enfants est loin d’être suffisant. Cela devrait être entièrement libéralisé et l’accouchement devrait être fortement encouragé », a notamment déclaré Huang Wenzheng, un expert en démographie au Centre pour la Chine et la mondialisation, a rapporté le New York Times. Si avoir autorisé la population à avoir deux enfants n’a pas été efficace, autoriser à en avoir trois ne le sera pas non plus, a-t-il expliqué.

Pour des raisons tout à fait différentes, Amnesty International a également déclaré que cette politique, comme ses prédécesseurs, restait une violation des droits sexuels et reproductifs. « Les gouvernements n’ont pas à régler le nombre d’enfants que les gens ont. Plutôt que d’optimiser sa politique de naissance, la Chine devrait plutôt respecter les choix de vie des gens et mettre fin à tout contrôle invasif et punitif sur les décisions des gens en matière de planification familiale », a déclaré l’organisation dans un communiqué.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de