Les élevages sont responsables de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales :

pollution-elevageLes élevages polluent l’air via Shutterstock

C’est une autre conséquence néfaste des élevages intensifs. Ils sont responsables de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est plus que le domaine des transports, ce qui est assez étonnant. On considère que sur un an, un bœuf aurait le même impact écologique en matière de gaz à effet de serre qu’un véhicule parcourant 18 000 kilomètres.

 

Les élevages rejettent 50 % des émissions de méthane et de protoxyde d’azote :

visu-elevage-pollution-2Un élevage à côté d’une centrale électrique via Shutterstock

Lorsque l’on parle d’émissions de gaz à effet de serre, la plupart des gens pensent au dioxyde de carbone. Il n’est pourtant pas le plus néfaste pour la couche d’ozone. Le méthane et le protoxyde d’azote sont eux, plus nocifs. Les animaux d’élevage, notamment les bovins, rejettent beaucoup de ces gaz. Plus les élevages sont intensifs, plus les émissions de méthane et de protoxyde d’azote seront importantes.

 

75 % des nouveaux pathogènes ayant affecté les humains ces dernières années provenaient des animaux ou des produits animaux :

maladie-volailleCette donnée vient de la FAO. Ainsi, cela signifie que la plupart des maladies infectieuses de ces dernières années proviennent des élevages ou de la viande issue de ces derniers. L’augmentation de la production de viande a amené une augmentation du nombre de maladies infectieuses.

 

Deux millions d’enfants mal nourris seraient sauvés si les pays riches diminuaient de moitié leur consommation de viande :  

enfants-afrique-faimDes enfants africains qui ont faim via Shutterstock

Il paraît peu probable que cela arrive dans le futur. Pourtant, les différentes études sur le sujet démontrent que si les pays développés diminuaient leur consommation de viande de 50 %, cela pourrait sauver deux millions d’enfants souffrant de malnutrition en Afrique. Par ailleurs, le prix des denrées végétales chuterait de façon drastique.

 

Ces chiffres frappants interpellent et prouvent que la production intensive de viande a des conséquences dramatiques à différents niveaux. D’une part, les élevages empiètent sur les espaces forestiers, qui diminuent énormément. Ensuite, les terres d’élevage de plus en plus grandes consomment trop d’eau et rejettent beaucoup de gaz à effet de serre. Enfin, on ne peut pas rester insensible devant le traitement réservé aux animaux, entassés et maltraités. Il faudrait parvenir à réduire à terme la production et la consommation de viande dans le monde. Malheureusement, la dynamique de croissance de la population tend vers l’inverse, à savoir une augmentation de la consommation de viande. Quand les besoins de la population vont à l’encontre de la protection de la Terre… La protection de la planète vous interpelle ? Cet article sur notre négligence à l’égard de l’eau vous intéressera. 

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de