Canicule Royaume Uni
© Funk Dooby / Wikimedia Commons

Des évènements météorologiques extrêmes se produisent de plus en plus fréquemment partout dans le monde, et de nombreux pays européens font actuellement face à de terribles vagues de chaleur. Selon une nouvelle étude, certaines de ces catastrophes n’auraient jamais eu lieu sans le réchauffement climatique.

4 °C en moins sans le réchauffement climatique

C’est un fait, l’humanité est en grande partie responsable du réchauffement climatique et elle en subit de plus en plus les conséquences. En effet, c’est à cause de la crise climatique que les êtres humains doivent faire face à des catastrophes météorologiques de plus en plus violentes et de plus en plus fréquentes. D’ailleurs, il faut également savoir que sans le réchauffement climatique, certaines catastrophes naturelles n’auraient jamais eu lieu. C’est le cas de la canicule au Royaume-Uni.

Selon une étude réalisée par les chercheurs du World Weather Attribution (WWA), les probabilités d’occurrence des vagues de chaleur qui ont frappé le Royaume-Uni la semaine dernière ont été multipliées par 10 à cause du changement climatique. Notons que durant la canicule au Royaume-Uni – et dans d’autres pays européens – les températures ont plusieurs fois dépassé les 40 °C. Selon les résultats de l’étude, il aurait fait moins chaud – d’au moins 4 °C – s’il n’y avait pas eu le réchauffement climatique.

Il a également été constaté que les températures en période de canicule en Europe sont supérieures à celles simulées par les modèles climatiques. En effet, les prévisions climatiques ont estimé qu’il aurait dû faire 2 °C de moins sans l’évolution extrême du réchauffement climatique. Pour aboutir à cette conclusion, les chercheurs se sont basés sur les observations historiques et les modèles climatiques, en se concentrant notamment sur les régions britanniques placées en alerte rouge pendant la canicule.

Canicule Royaume Uni
― VladisChern / ShutterStock.com

Une autre nouvelle inquiétante sur la crise climatique

Les climatologues ont expliqué que ces constats sont plutôt inquiétants, dans la mesure où cela signifie que les impacts du réchauffement climatique pourraient être encore plus drastiques qu’on ne le pensait auparavant. « En Europe et dans d’autres parties du monde, nous assistons à de plus en plus de vagues de chaleur record provoquant des températures extrêmes qui sont devenues plus chaudes plus rapidement que dans la plupart des modèles climatiques », a expliqué Friederike Otto, maître de conférences sur le climat à l’Imperial College de Londres, à The Guardian.

« C’est une découverte inquiétante qui suggère que si les émissions de carbone ne sont pas rapidement réduites, les conséquences du changement climatique sur la chaleur extrême en Europe, qui est déjà extrêmement meurtrière, pourraient être encore pires que nous ne le pensions auparavant », a-t-il ajouté. Quoi qu’il en soit, même si les vagues de chaleur extrêmes de cette année ont été largement poussées par le réchauffement climatique, de tels évènements sont rares. D’ailleurs, les chercheurs estiment qu’il est peu probable que cela se reproduise l’année prochaine.  

Pour rappel, les températures ont été si extrêmes que le tarmac d’une base aérienne a fondu au Royaume-Uni.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments