― Dan Henson / Shutterstock.com

Vendredi 22 octobre dernier, quatre acteurs ont été mis en examen, accusés de viols lors de tournages de films pornographiques. C’est la première fois que des acteurs sont poursuivis dans les investigations visant l’industrie pornographique en France, a souligné une source proche du dossier.

Des viols commis sur des plateaux de tournage

Quatre acteurs de films pornographiques sont suspectés de viols sur des tournages, a rapporté BFM TV ! Ces nouvelles accusations s’inscrivent dans le cadre de l’enquête sur la plateforme « French Bukkake ». Trois des quatre acteurs récemment mis en examen ont été placés en détention provisoire et le dernier a été placé sous contrôle judiciaire. Parmi eux, deux sont connus sous les pseudonymes « Tonio Love » et « Eddy Blackone ».

Les acteurs auraient déclaré devant le juge d’instruction qu’ils avaient participé aux films en pensant que les actrices étaient consentantes et que leur rôle figurait sur les contrats avec les maisons de production. « Ce qui a été commis sur ces plateaux de tournage ce sont des viols et donc chaque acteur ayant participé à ces scènes peut être inquiété pour des faits de viol aggravé, voire torture et actes de barbarie », a expliqué Me Lorraine Questiaux, avocate de plusieurs victimes.

D’autres sites font l’objet d’une enquête

Les gendarmes de la section de recherches de Paris enquêtent sur le site French Bukkake depuis l’année dernière. Depuis, ils auraient recensé une cinquantaine de victimes. En octobre 2020, quatre personnes avaient déjà été mises en examen pour viols, proxénétisme et traite d’êtres humains. Le créateur du site Pascal Op et le réalisateur Mat HDX avaient notamment été suspectés d’avoir recruté des jeunes femmes fragiles.

Le site Jacquie et Michel fait également l’objet d’une enquête depuis le mois de juillet 2020. Celle-ci a eu lieu après la diffusion d’une vidéo concernant les coulisses du porno amateur par le site Konbini. Dans cette vidéo, deux femmes ont parlé des pratiques sexuelles qui leur ont été imposées contre leur volonté au cours des tournages.

Suite à ces révélations, des groupes français du secteur pornographique, dont Jacquie et Michel et Dorcel, ont annoncé en novembre 2020 qu’ils souhaitaient adopter des chartes éthiques et déontologiques.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de