Basée à Nantes, l’entreprise Neoline entend lancer d’ici 2022 une ligne de fret reliant l’Europe à l’Amérique du Nord avec des navires à propulsion éolienne. Le retour des cargos à voiles sur le devant de la scène pourrait signifier une nouvelle ère beaucoup plus écolo pour le transport maritime. Présentation.

 

Une consommation de carburant réduite de plus 80 %

Grâce à ce concept de transport de marchandises innovant, Neoline ambitionne d’économiser « entre 80 % et 90 % de la consommation de fuel, tout en assurant un service compétitif et efficace », et estime que le prix actuellement élevé du carburant pourrait contribuer à rendre cette alternative écolo viable face à la concurrence. D’ici trois ans, l’entreprise entend proposer un service de fret régulier entre Saint-Nazaire et la côte Est des États-Unis, assuré par des cargos à voiles de 136 mètres de long capables d’atteindre une vitesse de 11 nœuds.

Les voiliers effectueront deux rotations mensuelles et seront capables d’accueillir « une très grande variété de frets ». Selon les prévisions de l’entreprise nantaise, jusqu’à 5 000 tonnes de marchandises pourront être acheminées à travers l’Atlantique en seulement treize jours, et la propulsion auxiliaire diesel/électrique sera exclusivement utilisée pour les manœuvres difficiles, notamment dans les ports. Neoline table actuellement sur une réduction d’au moins 80 % du volume de carburant consommé par rapport aux cargos standards.

 

L’interdiction du mazout soufré pourrait donner un coup de pouce aux cargos à voiles

Principalement alimentés avec des hydrocarbures de densité importante, les navires de transport de marchandises qui parcourent les océans font partie des plus gros consommateurs de pétrole au monde. Ils engloutissent à eux seuls près de 10 % de la production pétrolière de la planète, ce qui représente chaque année plus de 250 millions de tonnes de carburant. Concentrant énormément d’impuretés et de contaminants, le fioul lourd est à l’origine de nombreuses pollutions atmosphériques, notamment au soufre.

Toutefois, le mazout soufré devrait être interdit dans la marine marchande d’ici 2020, ce qui forcera les transporteurs à se tourner obligatoirement vers des alternatives moins polluantes, mais également moins bon marché, qui devraient augmenter drastiquement le coût du transport. Neoline pourrait tirer profit de ce scénario favorable pour démocratiser son concept de cargos à voiles, qui a d’ores et déjà séduit l’entreprise Renault. Pour l’heure, il reste toutefois difficile de prédire si ces navires écolos finiront par se substituer à leurs concurrents plus polluants.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de