— Rattiya Thongdumhyu / Shutterstock.com

Un Américain de 40 ans a dû être opéré en urgence suite à de violents maux de tête qui ont entraîné vomissements et évanouissement. La cause de cette insupportable douleur ? Un ver solitaire présent dans son cerveau depuis… 14 ans. Un cas rare et miraculeux selon les médecins qui l’ont soigné.

Un hôte indésirable contracté il y a une décennie 

Gerardo Moctezuma, un Américain de 40 ans, souffrait depuis plusieurs mois de somnolence, de violents maux de tête, de vomissements et d’une transpiration intense. Son évanouissement en mai 2019 lors d’un match de football l’amène à consulter. Il se rend au centre médical de Dell Seton d’Elgin, au Texas, où les médecins lui font passer une IRM. Quelle n’est pas leur surprise lorsqu’ils découvrent un ver solitaire, le Tænia solium, de 3,8 cm logé juste à côté du tronc cérébral, à la base du cerveau.

Selon Jordan Amadio, neurochirurgien à l’Institut du cerveau et de la colonne vertébrale Ascension Seton à Austin, le parasite a certainement été contracté il y a 14 ans alors que Gerardo Moctezuma vivait au Mexique : « Il est certainement possible qu’il ait été infecté alors qu’il vivait au Mexique et que le ténia couvait dans son système depuis de nombreuses années. » Deux scénarios sont possibles : soit le patient l’aurait contracté directement en mangeant du porc contaminé, soit, et c’est le cas le plus probable selon les médecins, quelqu’un de son entourage aurait mangé du porc insuffisamment cuit. À partir de là, le ver solitaire de cette personne aurait transmis un œuf microscopique à travers ses propres selles à l’homme dans un cas de contamination fécale-orale, qui est une forme typique d’infection. Ce n’est qu’au bout de plus d’une dizaine d’années que sa présence a provoqué une neurocysticercose, une infection du sytème nerveux central due au ténia du porc. Le kyste formé par la présence du ver a déclenché une hydrocéphalie, une accumulation de liquide rachidien dans le cerveau augmentant la pression crânienne.

Un cas rare et presque miraculeux

Pour retirer le ver, il a fallu pratiquer d’urgence une opération de 3 heures, qui nécessite d’ouvrir le crâne à l’arrière et de naviguer à travers une zone particulièrement sensible, où passent des nerfs et des vaisseaux essentiels. “S’il n’avait pas été traité rapidement, ce patient serait certainement mort à cause de l’énorme pression dans le cerveau”, explique Jordan Amadio. Le parasite, qui aurait pu se propager en petites et nombreuses larves, était heureusement contenu dans un kyste géant mais unique. L’homme s’est parfaitement remis de son opération et a pu reprendre une vie tout à fait normale au bout de huit mois. Le diagnostic, l’opération mais aussi la convalescence rapide du patient sont décrits par les médecins comme “rares et vraiment extraordinaires”. Cette histoire a été révélée par l’hôpital 8 mois après l’opération, puisque le retour à la vie normale de Gerardo Moctezuma autorise les médecins à dévoiler ce cas peu commun.

Bien que la situation de Gerardo Moctezuma soit rare, des cas de neurocysticercose similaires se produisent aux États-Unis environ 1 000 fois par an, selon les données des Centres pour le contrôle et la prévention des catastrophes. De tels parasites sont plus susceptibles d’apparaître au Texas et en Californie, où il y a plus de personnes émigrant du Mexique ou d’Amérique latine. Les histoires sont parfois moins heureuses que celle-ci. En novembre 2019, un Chinois de 43 ans avait lui aussi été infecté par un Tænia solium de 12 centimètres logé dans son cerveau, et il lui a fallu souffrir pendant 11 ans avant que des spécialistes découvrent d’où venaient ses problèmes de santé. En mars 2019, un jeune Indien de 18 ans était admis à l’hôpital pour une infection au T. solium, mais le trop grand nombre de kystes présents dans son cerveau a entraîné sa mort.

Une maladie à l’origine de nombreuses crises d’épilepsie

Au stade adulte, le ténia du porc reste dans l’intestin, se fixe sur la muqueuse afin de s’y développer en se nourrissant des nutriments ingérés par l’hôte. Il peut parfois rester des années sans être détecté ! Les larves en revanche peuvent passer dans la circulation sanguine et atteindre différents organes, comme les muscles, la peau ou les yeux, et entraîner une cysticercose. La neurocysticercose, qui touche le système nerveux central, en est la forme la plus grave. Elle peut entraîner des céphalées chroniques, une cécité, une méningite ou de la démence. Selon l’Organisation mondiale de la santé, il s’agit d’une des principales causes de l’épilepsie dans le monde. Sur 50 millions d’épileptiques dans le monde, plus de 80 % vivent dans des pays en développement. En effet, la maladie est principalement présente dans les régions rurales en Amérique latine, en Asie du Sud-Est et certaines parties de l’Afrique subsaharienne, où les humains sont en contact avec les déjections des porcs dans les élevages. Outre la chirurgie dans les cas les plus graves, comme ce fut le cas ici, le traitement passe par la prise d’antiparasitaires comme le praziquantel ou l’albendazole.

Afin d’éviter toute contamination, il est conseillé de bien cuire la viande de porc, le ténia étant détruit par une température supérieure à 60 °C. Le ver solitaire Tænia saginata peut également infecter le bœuf.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de