Différentes études ont démontré que la dexaméthasone et l’hydrocortisone permettaient de sauver des vies dans le cadre de la pandémie de Covid-19. Des résultats qui poussent aujourd’hui l’OMS à les recommander pour le traitement des patients atteints de formes sévères de la maladie.

Des effets significatifs

En juin dernier, l’essai Recovery, mené dans de nombreux établissements hospitaliers et dirigé par l’université d’Oxford, avait montré que la dexaméthasone, anti-inflammatoire stéroïdien largement disponible et peu coûteux, permettait de sauver la vie d’un patient sur huit atteint de Covid-19, dont l’état nécessitait la mise sous respirateur. Aujourd’hui, les résultats combinés de cet essai et de six autres appuient ces conclusions et montrent que l’hydrocortisone, stéroïde tout aussi bon marché, possède une efficacité similaire.

Dans le cadre de travaux présentés dans le Journal of the American Medical Association, des chercheurs britanniques ont réalisé une méta-analyse de ces sept essais, qui incluaient un total de 1 703 patients, et déterminé que ces médicaments permettaient de réduire de 20 % le risque de décès chez les patients atteints de formes sévères de la maladie. Selon les chercheurs, ces résultats ajoutent davantage de poids aux conclusions de l’essai Recovery, car ils proviennent d’un groupe diversifié de patients issus de différents pays, dont le Brésil et la France.

« Les stéroïdes sont des médicaments bon marché et facilement disponibles, qui se révèlent efficaces pour réduire le taux de décès chez les personnes les plus gravement touchées par le Covid-19. Les résultats se sont révélés cohérents pour l’ensemble des essais, et ont montré un bénéfice important quel que soit l’âge ou le sexe », déclare Jonathan Sterne, auteur principal de l’étude. « Le message à retenir, c’est que l’effet de l’hydrocortisone est semblable à celui de la dexaméthasone », souligne de son côté Martin Landray, ayant supervisé l’essai Recovery.

— Olena Yakobchuk / Shutterstock.com

L’hydrocortisone, « une arme supplémentaire dans l’arsenal de la lutte mondiale contre le Covid-19 »

Impliquant 403 patients recrutés dans 88 hôpitaux et atteints de formes sévères de la maladie, les essais ayant permis de mettre en évidence l’efficacité de l’hydrocortisone ont été menés au Royaume-Uni par le professeur Anthony Gordon, de l’Imperial College de Londres, un spécialiste des soins intensifs. Le chercheur a expliqué s’être intéressé à l’hydrocortisone en raison de ses propriétés anti-inflammatoires, étant donné que, dans les cas graves de Covid-19, le système immunitaire peut se mettre en « surrégime », attaquant les propres tissus de l’organisme et provoquant une inflammation.

Les chercheurs ont déterminé que l’hydrocortisone permettait de sauver environ 1 patient sur 12. « Environ 40 % des patients qui n’étaient pas traités avec ce stéroïde sont décédés d’une forme sévère du Covid-19, contre 32 % dans le groupe qui s’était vu administrer de l’hydrocortisone », souligne Anthony Gordon, qui explique que cet écart de huit points correspond à une réduction d’environ 20 % du risque de mortalité.

Selon les chercheurs, l’utilisation de ce produit permettant d’augmenter les chances de survie mais également « d’accélérer la guérison des patient atteints de formes sévères de la maladie », va surtout permettre de pallier d’éventuels problèmes de stocks de médicaments, qui constituent l’un des principaux problèmes auxquels sont confrontés les hôpitaux dans le cadre d’une pandémie mondiale « affectant des millions de patients ».

Dans un communiqué, le directeur général du service britannique de santé Simon Stevens a annoncé la mise en place de mesures immédiates afin de s’assurer que les patients pour qui l’hydrocortisone, qualifiée « d’arme supplémentaire dans l’arsenal de la lutte mondiale contre le Covid-19 », pourrait s’avérer efficace en bénéficient.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de