— Afanasiev Andrii / Shutterstock.com

Un essaim de tiques suceuses de sang, dont une variété mutante mortelle, a envahi la région de Krasnoïarsk, en Russie. Malheureusement, les vaccins et les médicaments pour faire face à ce genre d’invasion sont absents dans certains hôpitaux, laissant les soignants démunis. Plus problématique encore, les tiques qui envahissent actuellement la région se répandent et se reproduisent très facilement.

Des tiques qui transmettent l’encéphalite et la maladie de Lyme

La Russie, qui figure actuellement parmi les trois premiers pays avec le plus grand nombre de cas de Covid-19 dans le monde, fait face à une nouvelle menace : des tiques suceuses de sang, dont une nouvelle variété mutante extrêmement dangereuse pour l’homme. En effet, les scientifiques auraient découvert une forme mutante de l’arachnide qui aurait les pires qualités de deux formes courantes de tiques trouvées en Russie, à savoir les tiques dures (Ixodes persulcatus) et les tiques orientales (Ixodes pavlovsky). En plus d’être particulièrement dangereuses pour l’homme, ces tiques vivent plus longtemps, s’adaptent mieux à leur environnement, se reproduisent et se répandent plus facilement.

Selon la Zvezda, le journal officiel du ministère de la Défense russe, il y a actuellement 428 fois plus de tiques que d’habitude. « Les tiques mutantes attaquent – ce n’est pas un titre de tabloïd, mais un fait », a tenu à préciser le journal. La principale région concernée par cette invasion de tiques mortelles est la région de la Sibérie russe. Selon un rapport du Daily Mail, plus de 17 000 personnes ont été mordues par des tiques dans la région de Sverdlovsk, dont plus de 4000 enfants. Le plus alarmant étant que plus de 36 % de ces personnes mordues ont été atteintes par la maladie de Lyme.

Selon Nina Tikhunova, scientifique à l’Institut de biologie chimique et de médecine fondamentale de Novossibirsk, ces tiques mutantes sont particulièrement dangereuses, car elles sont « capables de porter des agents infectieux associés aux deux espèces parentes ». Ces agents infectieux peuvent provoquer des maladies comme l’encéphalite et la borréliose (maladie de Lyme). Ces maladies sont graves, voire mortelles, puisque l’encéphalite peut entraîner des lésions cérébrales permanentes ; et la maladie de Lyme est souvent débilitante si elle est non traitée, et elle attaque également les articulations, le cœur et le système nerveux.

Une nouvelle crise difficile à gérer pour les autorités russes

Compte tenu des contraintes en place dues à la pandémie, cette invasion de tiques surcharge encore plus les hôpitaux locaux. De plus, les fournitures nécessaires pour traiter les maladies causées par les tiques sont en baisse, surtout en ce qui concerne les vaccins et les médicaments. Le Daily Mail a notamment rapporté que l’immunoglobuline qu’il faut injecter aux patients au moins quatre jours après une piqûre de tique ne sera fournie qu’au mois de juillet. Face à cette pénurie dans les hôpitaux, les autorités ont invité la population locale à rester à l’intérieur de la maison.  

Cette recommandation est liée au fait que ces tiques s’accrochent aux humains à partir d’herbes longues et courtes avant de trouver un endroit pour mordre leurs victimes, d’où elles sucent le sang. Les autorités ont également conseillé à toute personne mordue par une tique de consulter un médecin pour éviter d’éventuelles complications en cas d’infection. Quant à savoir pourquoi ces tiques ont commencé à envahir cette région de la Russie, les experts disent que l’augmentation inhabituelle de la température en hiver a sans aucun doute participé à leur prolifération.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de