ー Darya Lavinskaya/ Shutterstock.com

Suite aux mesures sanitaires pour limiter la propagation du virus, le gouvernement thaïlandais s’attaque désormais aux produits chimiques qui mettent en péril les récifs de corail. 

Le gouvernement thaïlandais au secours de ses plages

Il n’est pas facile de se rendre en Thaïlande en ce moment. D’abord en cause, la pandémie de Covid-19. Alors que début juillet la Thaïlande enregistrait un record de décès liés au virus (57 le 1er juillet), le pays d’Asie du Sud-Est décidait d’imposer des restrictions très strictes pour entrer sur le territoire : avoir reçu la double dose du vaccin et fournir un test PCR négatif à l’arrivée et au cinquième jour, le tout aux frais des touristes. Des mesures à respecter afin de rejoindre les plages du pays comme celle très prisée de Phuket

Mais ce n’est pas tout, puisque le gouvernement thaïlandais a voté une loi mercredi 4 août interdisant certaines crèmes solaires. Si des mesures sont prises pour limiter la propagation du virus dans les lieux touristiques du pays, d’autres sont prises pour préserver les coraux

— Rich Carey / Shutterstock.com

Des substances chimiques dangereuses pour les coraux

Afin de lutter contre le blanchissement des récifs de corail dans les parcs nationaux marins de la Thaïlande, le pays a pris une mesure radicale : interdire les crèmes solaires contenant certaines substances chimiques.

Les crèmes solaires sont composées de produits chimiques pour protéger la peau des rayons UVA et UVB du soleil : les parabens et autres conservateurs pour lutter contre les germes, mais surtout l’oxybenzone, l’octinoxate, le butylparaben ou encore le 4-methylbenzylidene camphor. 

Des produits servant de protection pour la peau, mais dont les substances chimiques présentes « détériorent les récifs de corail, détruisent les larves de corail, entravent leur système reproductif et causent le blanchissement des coraux », d’après le texte de loi qui reprend les résultats de tests scientifiques. 

Les touristes ne respectant pas cette nouvelle loi devront s’acquitter d’une amende de 10 000 bahts thaïlandais, soit 2 500 euros. Un prix à payer si les touristes mettent en danger la survie des coraux, déjà très touchés. 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de