9 informations fascinantes sur le sommeil que vous ne soupçonniez pas

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi nous avons besoin de dormir ? Bien sûr, nous savons que cela est essentiel mais la science du sommeil reste mystérieuse et intrigue de nombreux scientifiques qui multiplient les études. DGS partage avec vous 9 informations fascinantes sur le sommeil. 

Nous savons tous que dormir est vital pour rester en forme et être performant au cours de nos journées. Mais ce n’est qu’une partie de l’histoire.

Au cours des dernières années, des chercheurs ont étudié la science du sommeil et ont découvert des choses étranges. En effet, le manque de sommeil peut se traduire par des effets secondaires bizarres comme rendre les gens plus sujets aux jeux d’argent ou même trouver les personnes qui nous entourent plus séduisantes. Ils ont également constaté qu’il est pratiquement impossible de bouleverser le rythme de sommeil que le corps impose si l’on veut conserver un fonctionnement correct de son métabolisme. Si vous avez besoin de huit heures, c’est que le corps le décide, c’est probablement de l’ordre de la génétique. Une autre analyse de cette étude démontre qu’il existe également des éléments susceptibles de nous priver de sommeil tels que la lumière du téléphone portable ou la configuration de la lumière ambiante du jour.

Pour en savoir un peu plus sur la science du sommeil, Camilo Ruiz, spécialiste du sommeil à l’Académie américaine de la médecine du sommeil, a recensé neuf faits surprenants relatifs à cette science intrigante.

 

1) Les scientifiques ne savent toujours pas pourquoi nous avons besoin de dormir

Sommeil-2-ok

Les scientifiques sont évidemment d’accord sur le fait que dormir est essentiel pour notre santé. Mais personne ne sait vraiment pourquoi. « C’est ce qui fait la beauté du sommeil », déclare Ruiz. « Nous ne savons pas pourquoi nous dormons. »

D’un point de vue évolutif, le sommeil n’a pas beaucoup de sens. Il oblige les gens à passer un tiers de leur vie à ne « rien » faire, tout en étant exposés aux prédateurs pendant une phase d’inactivité qui les rend également incapables de chasser pour se nourrir. Pourtant, la nécessité du sommeil est évidente, elle doit donc bien avoir une fonction.

Certains chercheurs pensent que le système de « nettoyage » de notre cerveau s’emballe pendant le sommeil. « Nous pensons que le sommeil est une période pendant laquelle le cerveau purge et décharge toutes les toxines que l’on accumule au cours d’une journée », explique Ruiz. « Cela permet au cerveau de se reposer et de se réinitialiser pour le lendemain. »

Une autre théorie explique que le sommeil nous aide à consolider notre mémoire en renforçant les souvenirs qui pourraient être importants tout en rejetant ceux qui ne le sont pas. Ainsi, le cerveau pourrait ne pas être en mesure de le faire aussi bien pendant qu’il est éveillé. Il existe beaucoup de recherches concernant cette explication mais les scientifiques demeurent imprécis au sujet de la compréhension des mécanismes exacts.

Le sommeil pourrait aider à soutenir d’autres fonctions corporelles. Certaines données suggèrent que le sommeil profond pourrait permettre au corps de libérer des hormones de croissance et de produire des protéines associées à la réparation des tissus. D’autres données indiquent que le sommeil pourrait être un moyen de préserver l’énergie, en particulier la nuit, quand il est plus difficile de trouver de la nourriture dans la nature. Certains experts ont même théorisé sur le fait que le sommeil pourrait réellement permettre d’échapper à certaines espèces de prédateurs, car il permet de se cacher, de s’immobiliser et de se taire pendant un long moment. Cette hypothèse est lourdement controversée puisque personne ne peut contester le fait que le sommeil rend les gens tout à fait vulnérables.

 

2) Vous ne pouvez pas vous entrainer à dormir moins, votre besoin de sommeil est génétique

Heures de sommeil recommandées selon l’âge :

Capture-d’écran-2015-02-20-à-12.09.30

La Fondation nationale du sommeil aux Etats-Unis est assez claire en ce qui concerne le sommeil. Les adultes âgés de 18 à 24 ans ont généralement besoin de sept à neuf heures de sommeil. Les adultes de 65 ans et plus se suffisent souvent avec sept à huit heures. Quant aux enfants, ils peuvent avoir besoin de 17 heures de repos.

Cependant, certaines personnes peuvent parfois dormir moins que ce qui est conseillé. Malheureusement, vous ne pouvez pas vous entrainer à le faire. C’est une « chance » que tout le monde n’a pas. Une étude a montré que 80 % des besoins de sommeil chez une personne sont génétiques. Une autre recherche a constaté que seule une mutation génétique pouvait expliquer pourquoi certaines personnes peuvent se suffire en dormant six heures ou moins chaque nuit. Mais ce ne sont pas seulement les heures qui comptent. Il faut surtout atteindre un niveau de sommeil d’une qualité suffisamment élevée pour que le cerveau récupère dans son intégralité. « Vous pouvez être au lit pendant 12 heures mais si les 12 heures sont de mauvaise qualité, c’est comme si vous n’aviez pas dormi », explique Ruiz.

 

3) Votre cerveau peut être tout aussi actif pendant le sommeil que lorsqu’il est éveillé

 

Hypnogramme

L’idée commune selon laquelle le cerveau « se met en veille » pendant la nuit est fausse. « Pas du tout, le sommeil est très actif. Il y a une importante activité métabolique pendant la nuit », déclare Ruiz. Selon la Fondation nationale du sommeil, le sommeil se compose de quatre phases et d’une phase REM (pendant laquelle les yeux font de rapides mouvements). Les deux premières étapes sont légères et ne sont donc pas réparatrices. Vous ne vous sentirez pas rafraîchi si vous vous contentez de ces deux seules phases au cours d’une nuit.

Les phases trois et quatre sont des phases de sommeil profond, aussi connu comme « sommeil lent ». « Nous savons maintenant qu’il y a certaines hormones qui sont sécrétées pendant la phase de sommeil profond », explique Ruiz. « Contrairement aux deux premières phases, ce sommeil est réellement réparateur et c’est celui qui permet de nous sentir rafraîchis le lendemain. » Le sommeil paradoxal (ou phase REM) est la phase la plus active du sommeil. Ruiz explique que lorsque l’on regarde les modèles d’activités électriques du cerveau pendant le sommeil, on se rend compte que celui-ci est aussi actif que lorsqu’il est éveillé. « Il existe différentes théories qui expliquent pourquoi la phase REM se produit. Nous pensons qu’au cours de cette phase, il y a une communication entre les neurones et les synapses nouvelles en cours de création. Elle contribue également à la mémoire et à la concentration. Et cela pendant que nous rêvons. »


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux