Ce nouveau simulateur est si puissant qu’il pourrait prédire le futur de l’Univers

La communauté scientifique vient tout juste de créer un logiciel capable d’analyser et de retracer l’histoire de tout un pan de l’univers. Une trouvaille absolument révolutionnaire qui nous en apprend plus sur l’influence des trous noirs et sur la formation et l’évolution des galaxies.

 

Déjà des études basées sur le logiciel

Le logiciel, sobrement nommé Illustris : The Next Generation (IllustrisTNG) est le successeur d’une simulation qui avait déjà fait grand bruit lors de son apparition en 2014. Si l’ancienne version analysait un bout d’univers via une surface cubique dont les côtés mesuraient 350 millions d’années-lumière, la nouvelle itération du projet va plus loin : aujourd’hui, un cube mesure un milliard d’années-lumière et contient des millions de galaxies, chacune d’elles étant extrêmement détaillée.

Si pour l’instant tout cela n’est que du charabia pour vous, attendez la suite : ce simulateur d’univers est sûrement la clé pour comprendre notre univers, de sa formation lors du Big Bang à aujourd’hui. Et le logiciel va même plus loin en prédisant le futur ! IllustrisTNG est si performant que déjà plusieurs études ont été publiées dans The Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

 

Une puissance démesurée

« Lorsque nous observons des galaxies à l’aide d’un télescope, nous ne pouvons mesurer que certaines quantités », affirme l’astrophysicien Shy Genel. « Mais avec cette simulation, il est possible de suivre toutes les propriétés de toutes ces galaxies, et également leur histoire. » Une promesse hors-norme que l’on a peine à croire, nous, pauvres humains lambdas.

Mais le fait est que cette simulation utilise le Hazel Hen, le plus puissant superordinateur présent en Allemagne. Il fallait au moins ça pour stocker les 500 teraoctets de données produites sur 2 mois.

« L’analyse de cette énorme montagne de données nous occupera pendant de nombreuses années et promet de nouvelles perspectives passionnantes sur différents processus astrophysiques », a déclaré Volker Springel officiant à l’Heidelberg Institute for Theoretical Studies.

 

Trous noirs, matière noire et galaxie

Pour l’instant, l’IllustrisTNG a permis la publication de plusieurs études dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society. La première porte sur le faible halo lumineux qui se forme à mesure que les galaxies entrent en collision et fusionnent. Cet halo est normalement si faible qu’il est trop difficile à voir ; tâche que la simulation réussit puisqu’elle indique les caractéristiques à rechercher.

La seconde a pour sujet les trous noirs supermassifs, qui seraient les seules entités à pouvoir stopper la formation d’étoiles dans les « vieilles » galaxies elliptiques (qui contiennent des milliards d’étoiles). Ces puits de gravité, situés au centre de ces galaxies, sont si puissants qu’ils aspirent les gaz et la poussière présents dans l’espace à une vitesse allant jusqu’à 10 % de celle de la lumière.

Enfin, le logiciel confirme que les galaxies qui se forment se fondent ensuite dans de plus grands objets cosmiques, notamment à cause de la gravité. L’IllustrisTNG a donc le potentiel pour nous aider drastiquement dans la compréhension de l’univers. En étudiant la matière noire et l’évolution de l’univers, le logiciel est une véritable révolution pour la communauté scientifique. Si, pour l’instant, tout n’est que théories, cette invention représente une révolution dont les prédictions pourront être systématiquement vérifiées par les spécialistes de l’espace.


3,2 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution.

— OMS