évolution

L’évolution est le changement des caractéristiques des êtres vivants au fil du temps. L’un des mécanismes expliquant ce phénomène est la sélection naturelle. Il s’agit du processus par lequel les individus les mieux adaptés à leur environnement survivent et transmettent leurs traits avantageux à leur descendance.

Comment fonctionne la sélection naturelle ?

La sélection naturelle repose sur le principe que les êtres vivants présentent des variations génétiques dues à des mutations ou à la recombinaison des gènes. Certaines de ces variations peuvent conférer un avantage adaptatif à un individu, par exemple une meilleure résistance aux prédateurs, aux maladies ou aux changements climatiques. Cet individu aura alors plus de chances de survivre et de se reproduire que les autres membres de sa population. Ainsi, il transmettra son génotype, c’est-à-dire l’ensemble de ses gènes, à sa progéniture.

Au contraire, les individus porteurs de variations défavorables seront éliminés par la sélection naturelle. Ils auront moins de chances de survivre et de se reproduire, et leur génotype disparaîtra progressivement. Ce processus se déroule sur plusieurs générations et conduit à une modification de la fréquence des gènes au sein d’une population. Lorsque ces modifications sont suffisamment importantes, elles peuvent entraîner l’apparition de nouvelles espèces.

La sélection naturelle selon Darwin et Wallace

La théorie de la sélection naturelle a été proposée indépendamment par deux naturalistes britanniques : Charles Darwin et Alfred Russel Wallace. Tous deux ont effectué des voyages d’exploration autour du monde et ont observé la diversité des formes de vie.

Darwin a notamment étudié les pinsons des îles Galápagos, un archipel situé dans l’océan Pacifique. Il a remarqué que ces oiseaux présentaient un bec adapté aux ressources alimentaires disponibles sur chaque île. Wallace a quant à lui exploré l’archipel malais, en Asie du Sud-Est. Il a constaté que les espèces présentes sur les différentes îles étaient proches mais distinctes.

Les deux scientifiques ont ainsi conclu que les êtres vivants évoluent en s’adaptant à leur milieu grâce à la sélection naturelle. Ils ont présenté leurs travaux lors d’une réunion de la Société linnéenne à Londres en 1858. Darwin a publié son célèbre ouvrage “De l’origine des espèces” en 1859.

évolution
— © tooony / Wikimedia Commons

La sélection artificielle : une intervention humaine sur l’évolution

La sélection artificielle est le processus par lequel les humains modifient les caractéristiques des êtres vivants en choisissant ceux qui présentent des traits désirables pour les faire se reproduire entre eux. Il s’agit d’une forme d’élevage sélectif qui a permis de créer des races domestiques variées chez les animaux comme les chiens, les chats ou les bovins.

La sélection artificielle est différente de la sélection naturelle car elle ne dépend pas des conditions environnementales mais de la volonté humaine. Par exemple, les humains ont sélectionné les chiens qui avaient des aptitudes particulières pour la chasse, la garde ou la compagnie. Ils ont ainsi obtenu des races aux morphologies et aux comportements très divers.

La sélection artificielle peut aussi avoir des conséquences négatives sur la santé et le bien-être des animaux. En effet, certains traits recherchés par les humains peuvent entraîner des problèmes génétiques, anatomiques ou physiologiques chez les animaux. Par exemple, les bouledogues français, qui ont un museau très court, sont sujets à des difficultés respiratoires.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments