ー Roxana Bashyrova / Shutterstock.com

Les scientifiques auraient-ils enfin trouvé une solution durable et fonctionnelle pour pallier le réchauffement climatique ? C’est ce que semble indiquer cette étude de l’université de Princeton et publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences

Les arbres pour lutter contre le réchauffement de la planète

Les arbres et forêts sont d’une importance capitale pour lutter contre le réchauffement de notre planète. Les forêts jouent un rôle clé en absorbant puis en stockant le dioxyde de carbone, l’un des nombreux gaz à effet de serre rejetés dans l’atmosphère. Il s’agit ainsi d’une solution naturelle pour réguler le climat

En 2019, suite à une étude des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Zurich, en Suisse, sur la plantation d’arbres pour sauver la planète (publiée dans la revue Science et relayée par Le Parisien), le professeur Simon Lewis de l’University College London nuancait cette pratique : « La seule façon de stabiliser le climat est de faire baisser à zéro les émissions de gaz à effet de serre. » À cette époque, les chercheurs suisses estimaient qu’il fallait planter 2 800 milliards d’arbres pour réguler le climat. 

Mais aujourd’hui, l’étude des chercheurs de Princeton indique que le reboisement aurait des conséquences sur le refroidissement de la planète. 

— tsuchi / Shutterstock.com

Considérer le reboisement et le rôle des nuages

D’après cette étude, le reboisement encourage la couverture nuageuse. Lorsque la lumière du soleil est réfléchie par la surface et se retrouve ensuite dans l’atmosphère en participant ainsi au réchauffement, ce phénomène est qualifié d’albédo. Dès lors qu’une surface (sombre par exemple) absorbe tout le rayonnement du soleil, sa mesure d’albédo est nulle. Mais dès que la surface est plus claire (comme la neige ou le sable), cette mesure d’albédo est de 1. Ce qui signifie que toute la lumière diffusée n’a pas été absorbée mais réfléchie. 

L’étude souligne ainsi que la présence d’arbres et/ou de forêts réfléchit peu de lumière et de chaleur dans l’atmosphère et participe à lutter contre le réchauffement climatique. Les zones forestières libèrent par ailleurs de l’humidité qui forme ensuite une couverture nuageuse, d’où la présence de nuages dans ces endroits. 

« Les études futures devraient continuer à considérer le rôle des nuages, mais devraient se concentrer sur des régions plus spécifiques et prendre en compte leurs économies », précise Sara Cerasoli, l’une des auteurs de l’étude. Les zones présentes dans des latitudes moyennes pourraient ainsi bénéficier de reboisements même si chaque zone devra être étudiée au cas par cas. 

Néanmoins, cela reste une très bonne nouvelle pour la planète et son climat et démontre que le reboisement fait partie des solutions pour lutter contre le changement climatique. 

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de