La nouvelle décennie approche à grands pas, mais l’un des points les plus importants qu’il faut retenir de celle qui s’est écoulée, c’est la déforestation en Amazonie. Au cours des dix dernières années, voir même de cette année, la terre a perdu une grande partie de ce qui reste du « poumon de la planète ».

Près de 10 000 kilomètres carrés de forêt perdue en mois

Les chiffres officiels viennent d’être divulgués, la forêt amazonienne, notamment au Brésil, a subi une déforestation massive de 104% par rapport à ce qui a été observé en 2018. Ces chiffres ont été révélés par l’Institut national du Brésil pour la recherche spatiale (INPE). Selon l’INPE, les feux de forêt, ainsi que l’exploitation illégale de la forêt qui sévit dans la région ont fait perdre près de 560 kilomètres carrés de superficie à la forêt, uniquement pendant le mois de novembre.

Toujours selon l’INPE, la Terre a perdu plus de 8900 kilomètres carrés de forêt au cours de l’année 2019, ce qui représente le double de la superficie totale perdue en 2018. Concernant la technique utilisée pour sortir ses données, l’INPE a utilisé des systèmes de satellites qui surveillent la progression de la déforestation en Amazonie. Le premier système, DETER, surveille en temps réel la déforestation dans la forêt amazonienne ; tandis que le second, PRODES réalise un suivi plus lent, mais nettement plus précis.

‎― OSORIOartist/Shutterstock.com

Une politique en faveur de la déforestation au Brésil

C’est un bien triste record qui a ainsi été enregistré cette année, et cela coïncide notamment avec l’ascension de l’actuel président brésilien au pouvoir. En effet, le président Jair Bolsonaro n’est pas un fervent protecteur de la planète, et durant les premiers temps de son mandat, il a supprimé ou assoupli beaucoup de lois concernant la sauvegarde de la forêt. De plus, le gouvernement de Bolsonaro n’applique pas le suivi du respect des lois concernant la forêt amazonienne.

Par ailleurs, l’actuel président brésilien ne veut pas assumer ses responsabilités face à cette catastrophe écologique. Par exemple, le début du mois de décembre, marqué par ses accusations envers Leonardo DiCaprio et les ONG qui protègent l’Amazonie d’être les instigateurs des feux de forêt au Brésil. Il a également licencié l’ancien président de l’INPE, Ricardo Galvao, l’accusant de sortir des chiffres exagérés concernant la déforestation.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de