© Disney – Raya et le dernier dragon / Allocine

Après un an de fermeture, les spécialistes américains s’attendaient à une réouverture fracassante des salles de cinéma new-yorkaises. Sorti officiellement le 5 mars 2021 aux États-Unis, le blockbuster Raya et le dernier dragon n’a cependant pas attiré les foules dans les salles obscures, récoltant seulement 8,5 millions de dollars sur le territoire américain pour son premier week-end d’exploitation.

Raya et le dernier dragon a récolté 26 millions de dollars au cours de ce premier week-end d’exploitation, dont 8,5 millions en Amérique, 8,4 millions en Chine et 2,8 millions en Russie. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce score est loin d’être flatteur pour la firme aux grandes oreilles, surtout lorsque l’on sait que son concurrent Tom et Jerry avait récolté 14 millions de dollars dans le pays de l’oncle Sam le week-end précédent.

Ce semi-échec du film d’animation estampillé Disney au box-office américain peut s’expliquer par le contexte sanitaire, qui contraint les cinémas new-yorkais à suivre des règles strictes. Les salles ne peuvent notamment pas dépasser plus de 25 % de sièges occupés et doivent s’en tenir à un maximum de 50 spectateurs à chaque diffusion. En outre, la stratégie de Disney consistant à diffuser le film en simultané sur sa plateforme de streaming et en salles a sans doute ralenti les ventes des tickets de cinéma, étant donné que les abonnés de Disney+ pouvaient l’acheter depuis leur domicile pour la bagatelle de 30 dollars. De plus, plusieurs gros réseaux de salles ont aussi refusé de diffuser le long métrage, car ils étaient mécontents des propositions du groupe pour compenser cette sortie simultanée sur Disney+.

Malgré tout, les États-Unis d’Amérique ont connu le meilleur week-end au box-office depuis le début de la pandémie. D’après les médias locaux, le taux de fréquentation des salles new-yorkaises aurait augmenté de 525 % ce week-end. Une excellente nouvelle.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de