Il ne dégrade pas que la nature : le plomb utilisé par les chasseurs nuit gravement à votre santé

L’Agence européenne des produits chimiques a récemment publié une étude mettant en avant le caractère extrêmement nocif pour l’environnement et la santé publique des munitions au plomb, principalement utilisées par les chasseurs et les tireurs sportifs. Explications.

 

30 à 40 000 tonnes de plomb tirées chaque année en Europe

Alors que la chasse est ouverte depuis quelques semaines en France, cette nouvelle étude accablante rendue par l’Agence européenne des produits chimiques démontre à quel point l’usage de munitions au plomb est dangereux pour l’homme et l’environnement. Il y a tout juste trois ans, cette dernière avait préconisé des mesures de restrictions pour l’usage de ce type de munitions dans les zones humides, mais à la suite de ce nouvel examen, les experts incitent désormais à redoubler de prudence.

Selon l’organisme, quelques 21 000 tonnes de cartouches et balles au plomb sont tirées annuellement par les chasseurs européens (un tiers dans les zones humides, et les deux autres sur la terre ferme), tandis que les tireurs sportifs en dispersent entre 10 000 et 20 000 tonnes. Sachant que la France compte 25 % des 5,2 millions de chasseurs européens, on peut considérer que 5 000 à 6 000 tonnes de cartouches se retrouvent dans la nature chaque année.

 

Animaux intoxiqués et ressources en eau contaminées

Le plomb est un puissant neurotoxique dont les fragments microscopiques se dispersent rapidement dans les tissus. L’Agence européenne des produits chimiques estime d’ailleurs qu’un à deux millions d’oiseaux meurent chaque année de saturnisme (en picorant les plombs ou en se nourrissant d’animaux intoxiqués), et rappelle que « retirer la chair autour de la plaie d’un animal abattu ne suffit pas à ôter tout le plomb qui pourrait être absorbé par le consommateur ».

Pour ne rien arranger, cette accumulation de plombs dans la nature contamine également les ressources en eau. En Finlande, l’organisme européen a notamment constaté que la concentration en métaux lourds était dix fois supérieure aux valeurs réglementaires dans les zones humides proches de champs de tir. Il préconise désormais de cesser purement et simplement d’utiliser du plomb dans les munitions et de privilégier une autre substance, moins nocive pour l’environnement.

© Pixnio

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux