Les profondeurs marines sont parsemées de créatures fascinantes. Des scientifiques ont pu capturer des images d’une pieuvre transparente lors d’une expédition dans les profondeurs des îles Phoenix, dans l’océan Pacifique. Appelé pieuvre de verre ou Vitreledonella richardi, cet animal a été très peu documenté et rarement observé jusqu’ici.

Un animal marin fascinant

Des scientifiques ont rencontré une étonnante « pieuvre de verre » au fond de l’océan Pacifique. Aussi appelée Vitreledonella richardi, cette espèce a été découverte pour la première fois en 1918. Elle vit entre 200 et 3 000 mètres de profondeur, dans les eaux des îles Phoenix. La pieuvre a des caractéristiques assez particulières. Son corps est entièrement incolore et transparent, laissant ainsi apparaître ses organes internes, dont ses globes oculaires, ses branchies et son tube digestif.

Les nouvelles images de la créature ont été capturées par des biologistes du Schmidt Ocean Institute, une fondation américaine, au cours d’une expédition de 34 jours avec le robot sous-marin SuBastian. Le spécimen rare a été trouvé à 651 mètres de profondeur. « Avant cette expédition, les vidéos en direct de pieuvre de verre étaient limitées, obligeant les scientifiques à étudier des spécimens trouvés dans le contenu digestif de prédateurs pour en apprendre davantage sur l’animal », ont indiqué les scientifiques.

© Schmidt Ocean Institute

La vidéo permettra d’en savoir plus sur les pieuvres de verre

Cette vidéo permet aux scientifiques d’étudier l’évolution de la pieuvre de verre dans son milieu naturel. Selon la biologiste Laure Bonnaud-Ponticelli, professeure au Musée national d’histoire naturelle de Paris, souligne que les images montrent les contenus stomacaux de l’animal marin. En identifiant ce qu’il a mangé, il est possible de retracer son parcours.

La biologiste explique que la pieuvre de verre peut résister aux conditions extrêmes grâce à son organisme allégé au maximum ainsi qu’à son métabolisme ralenti, lui permettant de consommer le moins possible de nutriments et d’oxygène qui se font rares dans les eaux abyssales. Elle peut notamment vivre dans une eau de 2 à 4 degrés Celsius.

La Vitreledonella richardi n’est pas la seule créature sous-marine rare que les biologistes ont trouvée pendant leur expédition. En effet, le robot SuBastian a également immortalisé un requin-baleine qui nageait dans les profondeurs et un crabe à longues pattes en train de dérober un poisson à un congénère.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Ivyfliff Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Ivyfliff
Invité
Ivyfliff