Pièces romaines
— © Pearson et al. / PLOS One 2022

Des chercheurs britanniques ont annoncé avoir authentifié un magot de pièces d’or romaines, semblant confirmer l’existence d’un empereur oublié qui aurait régné sur une partie des Carpates il y a 1 700 ans.

L’empereur Sponsian

Frappées à l’effigie d’un mystérieux empereur romain nommé Sponsian, les pièces étaient auparavant considérées comme des faux, créés au XVIIIe siècle. Leur récent réexamen scientifique, détaillé dans la revue PLOS One, a permis de conclure qu’il s’agissait d’authentiques artefacts du troisième siècle, suggérant que cet obscur personnage historique ait réellement existé.

« Nous sommes convaincus qu’elles sont authentiques », avance Paul Pearson, professeur à l’University College de Londres et auteur principal de l’étude. « Les éléments dont nous disposons suggèrent que Sponsian a régné sur la Dacie romaine, un avant-poste aurifère isolé, à une époque où l’empire était déchiré par des conflits civils et les régions frontalières assaillies par des pillards. »

L’ensemble de pièces aurait été découvert en Transylvanie, dans l’actuelle Roumanie, en 1713. Si bon nombre d’entre elles représentaient des empereurs romains avérés du troisième siècle, comme Gordien III et Philippe l’Arabe, quatre faisaient référence à Sponsian, dont le nom n’apparait dans aucun document historique connu.

Pièces romaines
— © Pearson et al. / PLOS One 2022

En raison de représentations grossières et d’inscriptions confuses, leur authenticité avait commencé à être mise en doute au milieu du XIXe siècle, les experts estimant qu’elles étaient probablement l’œuvre d’un habile faussaire viennois ayant « créé de toutes pièces » un empereur pour attirer les collectionneurs.

Une nouvelle analyse scientifique

Réalisée en collaboration avec Jesper Ericsson, conservateur numismatique du Hunterian Museum de Glasgow, possédant l’une des pièces dans sa collection, l’analyse scientifique a notamment révélé que les artefacts présentaient une composition et des traces d’usure similaires à celles de véritables pièces d’époque, suggérant qu’elles aient été en circulation pendant de nombreuses années. Les minéraux caractéristiques présents à leur surface ont de leur côté montré qu’elles avaient été enterrées pendant une longue période.

« Nous avons détecté des cristaux de sulfate, se formant généralement lorsqu’un objet est longtemps privé d’oxygène puis réexposé à l’air », détaille Pearson. « Si l’existence de Sponsian reste plus spéculative, je pense que nous avons établi avec un très haut degré de confiance leur authenticité. »

La Dacie avait été coupée du commandement central vers 260 de notre ère, ce qui suggère que Sponsian était un chef militaire s’étant auto-proclamé imperator, ou commandant militaire suprême, un titre normalement réservé à l’empereur. Celui-ci aurait administré l’enclave romaine pendant des années, et fait frapper des pièces à son effigie afin d’asseoir son autorité.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments