lignes-nazca
— c-foto / Shutterstock.com

De récents travaux menés par des chercheurs japonais ont permis la mise en évidence de plus de 150 nouvelles lignes de Nazca, représentations monumentales tracées par d’anciennes sociétés péruviennes.

Les lignes de Nazca

Véritable galerie d’art à ciel ouvert, le désert de Nazca est connu pour abriter de nombreuses représentations stylisées taillées dans la roche il y a environ deux millénaires. Bien que des centaines de ces figures géantes aient été identifiées au cours des dernières décennies, on estime que 5 % à peine des « lignes de Nazca » ont été décrites par les chercheurs.

Afin de changer cet état de fait, des chercheurs de l’université de Yamagata, au Japon, collaborent depuis plusieurs mois avec des archéologues locaux, et leur dernière « moisson » s’est révélée particulièrement fructueuse. L’examen de relevés par drone et d’images aériennes a en effet permis d’identifier pas moins de 168 nouveaux géoglyphes, dont une cinquantaine de figures humaines imposantes, des représentations d’oiseaux, orques, chats et serpents, ainsi que des motifs trapézoïdaux et des lignes simples.

La plupart des illustrations anciennes ont été tracées sur un terrain plat, compliquant largement leur mise en évidence depuis des points de vue peu élevés. « Leurs contours avaient été créés en excavant roches et débris afin de révéler un sol dont la teinte différait largement de celui du reste de la zone, mais l’érosion intervenue au fil des siècles n’a fait qu’atténuer ce contraste », souligne l’équipe archéologique.

S’il est difficile d’établir précisément l’âge de ces oeuvres monumentales, les fragments de pot d’argile trouvés à proximité suggèrent qu’elles aient été réalisées entre 100 avant J.-C. et 300 de notre ère.

Des représentations monumentales destinées aux dieux ou créées à des fins astronomiques rituelles

Considérées comme l’un des mystères archéologiques les plus intrigants, les lignes de Nazca ont été créées par les anciennes sociétés du sud du Pérou. Si différentes explications ont été avancées au fil des décennies, le fait que bon nombre d’entre elles ne puissent être vues dans leur intégralité que depuis le ciel suggère fortement qu’elles étaient destinées aux dieux, ou tracées à des fins astronomiques rituelles.

Alors qu’une trentaine de géoglyphes, représentant pour la plupart des plantes et des animaux, avaient été initialement découverts à Nazca en 1994, plus d’une centaine, comprenant de nombreuses figures humanoïdes, ont pu être identifiés en 2019 par une équipe d’archéologues. Les figures récemment mises au jour portent leur total à 358.

Désireux de recenser le plus grand nombre possible de ces mystérieuses représentations, les scientifiques japonais prévoient prochainement de réaliser la cartographie complète de la zone.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments