Démence musique
— Christine Glade / Shutterstock.com

La musique est connue pour ses effets apaisants. En 2020, la toile s’est enflammée à la vue d’une vidéo de Marta Cinta González Saldaña, une ancienne danseuse de ballet souffrant de la maladie d’Alzheimer, jouant et dansant sur un morceau du Lac des cygnes. La vidéo met en avant le pouvoir qu’a la musique sur notre cerveau. En effet, la musique peut raviver les voies neuronales dormantes chez les sujets âgés souffrant de formes graves de démence. De ce fait, la musicothérapie est devenue une pratique courante dans les maisons de retraite.

Une expérience a été menée

La musique présente un potentiel prometteur pour ralentir la progression de la démence, selon une étude publiée dans la revue Scientific Reports.

L’étude avait pour but de répondre aux deux questions spécifiques concernant cet incroyable phénomène déclenché par la musique. La première est la conception du programme de musicothérapie contrôlé, étalé sur huit semaines, qui peut raviver l’activité et la connectivité entre les zones auditives et de récompense du cerveau. La seconde concerne les effets bénéfiques de la musique sur notre corps.

Pour parfaire l’enquête, l’équipe de recherche a fait appel à une petite cohorte d’adultes âgés en bonne santé cognitive. Ils ont aussi collaboré avec un musicothérapeute. L’équipe a donc dressé deux listes de lecture de musique dont l’une était intitulée « énergisante » et l’autre « relaxante ». Durant l’étude, la cohorte fut chargée d’écouter de la musique à partir de leur liste de lecture autosélectionnée pendant une heure chaque jour pendant huit semaines. Le but de l’expérience était donc de réveiller des souvenirs et émotions lors de l’écoute de la playlist. De plus, les participants devaient écouter la musique tout en remplissant leurs tâches quotidiennes.

Démence
— fizkes / Shutterstock.com

La musique a eu un effet positif sur les patients

Afin de mieux observer les changements, au début et à la fin de l’expérience, chaque participant a effectué une imagerie cérébrale. Durant l’étude, chacun était amené à écouter 24 extraits audio différents. Six d’entre eux ont été sélectionnées par le participant, tandis que les autres morceaux ont été sélectionnés par les chercheurs. Ces derniers ont donc découvert des changements dans la connectivité auditive. Ils ont aussi découvert que les morceaux choisis par les participants sont plus efficaces pour engager leurs voies cérébrales.

Cette étude est la première qui a démontré qu’une intervention basée sur la musique entraîne des améliorations longitudinales de la connectivité entre des réseaux cérébraux particuliers. D’un point de vue clinique, ces découvertes ont permis d’observer une diminution de la connectivité et de l’activité dans le cortex préfrontal médian. C’est la partie qui est responsable d’un certain nombre de maladies neurodégénératives, ainsi que de maladies psychiatriques telles que la schizophrénie et la dépression.

Pour aller plus loin, découvrez 12 façons de réduire considérablement votre risque de démence.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments