chute escaliers
— Andrey_Popov / Shutterstock.com

Dans notre société actuelle, être multitâche a été salué comme une compétence précieuse, nous permettant apparemment d’accomplir plus en moins de temps. Ce qu’il faut savoir, c’est que tout le monde n’est pas doté de la capacité à être multitâche. En la matière, les femmes seraient plus avantagées que les hommes.

Les femmes sont plus multitâches, et ce n’est pas toujours pour le mieux

À une époque marquée par une quête effrénée d’efficacité et de productivité, le comportement multitâche est devenu un aspect essentiel de nos vies. Qu’il s’agisse de basculer entre les différentes plateformes de réseaux sociaux, d’étudier tout en écoutant de la musique ou d’équilibrer les engagements personnels et professionnels, beaucoup d’entre nous se retrouvent constamment engagés dans l’art du multitâche. Mais comme de nombreuses choses, la pratique du multitâche est plus marquée chez certains que d’autres.

Si l’on observe des différences d’un individu à un autre, il existe également des variations en fonction de groupes plus larges, notamment en fonction du sexe. Selon une étude réalisée par les chercheurs de l’université Purdue, aux États-Unis, le comportement multitâche a tendance à être plus observé chez les femmes que chez les hommes. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas pour le mieux. En effet, selon les résultats de l’étude publiée sur PLoS ONE, ce comportement serait en fait dangereux.

Les chercheurs ont notamment associé le comportement multitâche chez les femmes à un risque plus élevé de tomber dans les escaliers. Autrement dit, si les femmes sont effectivement plus polyvalentes que les hommes, cet attribut les expose davantage au risque de se blesser à cause d’un accident lié à l’inattention. Plus précisément, l’étude a montré que les femmes sont environ 80 % plus susceptibles d’être blessées après une chute dans les escaliers que les jeunes hommes en raison de leur comportement multitâche.

smartphone rue
― Rido / Shutterstock.com

Les femmes ont plus de comportements à risque dans les escaliers

Pour aboutir à leurs conclusions, les chercheurs ont filmé deux escaliers intérieurs sur un campus universitaire américain au cours d’un semestre. L’un des escaliers était court avec deux marches, et l’autre avait dix-sept marches. En tout, les chercheurs ont analysé 2 400 individus ayant pris l’un ou l’autre de ces escaliers. Notons que d’après des recherches préalables, les chercheurs ont noté qu’aux États-Unis, trois groupes d’individus sont plus susceptibles de tomber dans les escaliers : les enfants de moins de trois ans, les jeunes adultes dans la vingtaine et les personnes âgées de plus de 85 ans.

Dans leur étude, ils ont essayé de savoir pourquoi les jeunes adultes tombaient autant dans les escaliers. Ils ont identifié huit comportements à risque chez ces derniers : ne pas utiliser la rampe d’escalier ; ne pas regarder l’escalier en descendant ; porter des sandales, des tongs ou des talons hauts ; avoir une conversation en personne ou sur smartphone ; utiliser un appareil électronique ; mettre les mains dans les poches ; tenir quelque chose ; et sauter des marches.

Et la majorité de ces comportements à risque étaient plus observés chez les femmes que chez les hommes, surtout en ce qui concerne le fait de discuter dans les escaliers et de porter des chaussures à risque. Dans l’ensemble, les résultats suggèrent que les femmes sont souvent multitâches et donc éventuellement distraites lorsqu’elles descendent les escaliers.

S’abonner
Notifier de
guest

2 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
rustinette
rustinette
6 mois

waouh quel article , vous n’avez pas grand chose à donner , vos articles à répétitions , les articles inutiles comme celui là, des chercheurs qui se font chier aussi pour pondre un truc pareil

ozarmes
ozarmes
6 mois

On va attendre la publication que ne manquera pas de faire Sandrine Rousseau sur le sujet !!