Enfants comme adolescents réclament un téléphone portable de plus en plus tôt. Si certains parents considèrent qu’il est très pratique au quotidien, d’autres craignent que leurs enfants passent trop de temps dessus. Malgré cela, les enfants possèdent un smartphone de plus en plus jeunes. Un phénomène particulièrement marquant en Angleterre. Selon un rapport du régulateur de médias Ofcom, 50 % des enfants britanniques âgés de seulement 10 ans possédaient déjà un téléphone en 2019. 

Un nombre croissant d’enfants en bas âge possèdent déjà un smartphone 

Dans un récent rapport, l’Ofcom témoigne d’un nombre croissant d’enfants possédant déjà un smartphone et étant connectés sur les médias en ligne de plus en plus tôt. Pour établir différents constats, le groupe s’est basé sur plus de 3 200 entretiens avec des enfants et parents à travers le Royaume-Uni. 

Le téléphone portable est l’appareil de choix pour les enfants”, explique Yih-Choung Teh, directeur du groupe de stratégie et de recherche à l’Ofcom. En effet, le nombre de jeunes enfants possédant un smartphone a doublé entre l’âge de neuf et dix ans. 

Si certains enfants utilisent une tablette afin de se connecter à Internet, la majorité privilégient les mobiles. Dans le même sens, les enfants utilisent davantage un téléphone portable qu’un ordinateur pour faire des recherches. Cette transition vers les smartphones est davantage portée par des enfants âgés de dix ans, âge considéré comme celui de “l’indépendance numérique”, comme l’explique Ofcom. 

En 2019, ce sont 50 % des enfants âgés de 10 ans qui étaient en possession d’un smartphone, contre 30 % en 2015. Cela leur permet alors d’acquérir une liberté numérique plus importante lorsqu’ils se préparent à passer au secondaire. À l’âge de 15 ans, ce sont quasiment tous les enfants qui possèdent un smartphone. 

— Iakov Filimonov / Shutterstock.com

Des enfants de plus en plus connectés à d’autres appareils et aux médias sociaux 

Parmi les enfants les plus âgés utilisant déjà un smartphone, la plupart d’entre eux sont déjà connectés à plusieurs médias sociaux. WhatsApp est le plus populaire d’entre eux concernant les 12-15 ans depuis 2019, même si la limité d’âge est réglementée à 16 ans. L’application est aujourd’hui utilisée par environ deux tiers des enfants les plus âgés, contre 43 % en 2018 et 62 % en 2019. Une première dans le monde du numérique : WhatsApp surpasse Facebook, Snapchat et Instagram et devient l’une des plateformes les plus prisées et les plus appréciées par les enfants. 

Les nouveaux médias sociaux séduisent également énormément d’enfants. Près d’un enfant âgé entre 12 et 15 ans sur sept utilise TikTok, une application leur permettant de créer et partager des vidéos de comédie, de danse ou de synchronisation. Twitch, une plateforme de streaming en direct pour les joueurs, est également utilisée par un enfant âgé de 12 à 15 ans sur vingt.

Le rapport d’Ofcom explique également que de plus en plus d’enfants âgés utilisent les réseaux sociaux afin de partager des informations et d’exprimer leur soutien aux causes et organisations sociales. 18 % d’entre eux ont déjà partagé ou commenté un message et un sur dix a déjà signé une pétition en ligne. Une phénomène que l’Ofcom qualifie “d’effet Greta”, en référence à Greta Thunberg qui fait énormément parler d’elle sur les différents médias en ligne. 

— Liv Oeian / Shutterstock.com

Une utilisation accrue des appareils numériques

Le smartphone n’est pas le seul appareil numérique à être très utilisé par les enfants. En effet, 24 % des enfants âgés de 3 et 4 ans possédaient déjà leur propre tablette et 15 % d’entre eux avaient l’autorisation de l’avoir avec eux dans leur lit en 2019. “Je suis conscient que pour ces enfants qui n’ont jamais connu un monde sans Internet, à bien des égards, leurs mondes en ligne et hors ligne sont indiscernables”, estime Yih-Choung Teh.

Voici les autres constats établis par l’Ofcom concernant l’utilisation d’autres appareils numériques en 2019 :

  • 48 % des filles âgées de 5 à 15 ans ont joué à des jeux vidéo en ligne, contre 71 % de garçons. Ces derniers ont donc passé deux fois plus de temps à jouer, en comptabilisant près de 14,5 heures par semaine, contre 7,5 heures pour les filles. 
  • 99 % des enfants âgés de 5 à 15 ans ont utilisé une télévision et 22 % une radio (contre 26 % en 2018)
  • 27 % des enfants âgés de 5 à 15 ans (contre 15 % en 2018) ont fait appel à des haut-parleurs intelligents, tels que Alexa. Plus d’un quart d’entre eux l’utilise désormais. 
  • 80 % de ces enfants concernés par ce rapport ont regardé des vidéos à la demande et 25 % n’ont absolument pas regardé d’émission en direct à la télévision. “Je n’aime pas vraiment la télévision parce que vous ne pouvez pas choisir les chaînes qui y sont”, explique d’ailleurs une des fillettes, âgée de seulement neuf ans. 

Comment se positionnent les parents ? 

Face à de tels constats, l’Ofcom a également interrogé des parents afin de savoir comment ils se positionnent face aux utilisations des appareils numériques par les enfants. Résultat : 45 % d’entre eux estimaient qu’Internet présentait bien plus d’avantages que de risques. Malgré cela, de plus en plus de parents s’inquiètent en voyant que de plus en plus d’enfants peuvent avoir accès à des contenus choquants et inappropriés pour leur âge. De plus, 47 % d’entre eux se disaient inquiets de la pression provoquée par les plateformes en ligne pour dépenser de l’argent dans les jeux vidéo. 87 % des parents d’enfants âgés entre 5 et 15 ans avaient alors demandé conseil afin de savoir comment ils pouvaient les protéger lorsqu’ils se connectent en ligne. 

Nous voyons environ la moitié des 12-15 ans dire qu’ils ont vu du contenu haineux en ligne et une augmentation des parents qui s’en inquiètent. La bonne nouvelle est que davantage de conversations sur la sécurité en ligne ont également lieu à travers le pays”, constate Yih-Choung Teh. 
Après la publication de ce rapport, NSPCC, une association caritative pour les enfants, a contacté les régulateurs de médias en ligne afin qu’ils forcent les plateformes à protéger davantage leurs utilisateurs contre la visibilité de contenus inappropriés et nuisibles. “Bien qu’il soit encourageant que les parents parlent à leurs enfants de leur utilisation des médias, nous devons nous tourner vers les géants de la technologie pour protéger leurs utilisateurs et veiller à ce qu’ils soient une force pour le bien et non le mal”, explique Andy Burrows, responsable de la politique en ligne sur la sécurité des enfants. 

Les enfants d’aujourd’hui vivent donc bel et bien dans un monde hyperconnecté. Malgré cela, davantage de parents prennent conscience des dangers qu’Internet représente. Une prise de conscience encourageante qui, nous l’espérons, mènera à terme à une éducation et à une réglementation plus stricte des contenus visibles. Tout cela ne fera qu’aider les enfants à être responsables de leur indépendance numérique, tout en sachant quels en sont les risques.

Qu’en pensez-vous ? Selon vous, à quel âge un enfant devrait-il devenir indépendant numériquement, posséder des appareils connectés et avoir accès aux médias en ligne ? 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de