Tibet glaciers microbes
― Ancher / Shutterstock.com

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat alerte que la fonte des glaces est une sérieuse menace pour la planète. Après la fonte des glaciers du plateau du Tibet, près d’un millier de microbes ont été découverts par des scientifiques de l’Académie chinoise des sciences.

Les glaciers fondent rapidement en raison du réchauffement climatique

S’étendant sur 2,5 millions de kilomètres carrés, le plateau tibétain regroupe la troisième plus grande concentration de glaces au monde, après les pôles Nord et Sud. Également appelé « château d’eau de l’Asie », c’est une source d’approvisionnement en eau importante pour les villes asiatiques qui se trouvent à proximité.

Selon les scientifiques, il se réchauffe trois fois plus vite que la moyenne mondiale. Les glaciers ont notamment rétréci de 80 % en raison du changement climatique. L’Organisation météorologique mondiale indique que « la majeure partie du plateau tibétain a accusé une diminution des jours d’enneigement entre 1980 et 2016, à raison d’une diminution moyenne de moins de 2 jours/an sur près de la moitié de la région, et de plus de 4 jours/an dans certaines zones. »

Plateau Tibétain
― HelloRF Zcool / Shutterstock.com

Une menace pour la planète

Suite à la fonte des glaciers du plateau du Tibet, les scientifiques chinois ont découvert 968 espèces de microbes vivant dans des conditions extrêmes. Ces microbes sont capables de se congeler et de se décongeler en fonction des températures. Ils reprennent vie lorsque les conditions sont favorables.

Entre 2016 et 2020, les scientifiques ont recensé 3 241 génomes dans 21 glaciers du plateau. 82 % d’entre eux sont de nouvelles espèces, 11 % ont été trouvés sur le même glacier et 10 % trouvés sur tous les glaciers. Certains microbes seraient là depuis 10 000 ans, voire 15 000 ans. Selon les chercheurs chinois, les micro-organismes qui se trouvent dans la glace depuis des milliers d’années provenaient probablement des plantes ou des sols dans lesquels elles poussaient avant la formation des glaciers. En outre, du carbone et du méthane auraient également été retenus dans la glace.

Ces découvertes inquiètent les chercheurs. Tout d’abord, la libération du carbone et du méthane dans l’atmosphère risque d’accentuer le changement climatique. En outre, certains virus et microbes pourraient être à l’origine de nouvelles pandémies. Par ailleurs, les auteurs de l’étude notent que « nous savons très peu de choses sur les virus et les microbes dans ces environnements extrêmes, et sur ce qui s’y trouve réellement ».

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments