micro-émotions
— GoodStudio / Shutterstock.com

Parfois elles nous occupent l’esprit pendant plusieurs minutes, plusieurs heures, ou même des jours entiers ! Les pensées sont souvent alimentées par nos émotions…

Aussi imprévisibles et fascinantes, nos pensées peuvent nous surprendre, nous stimuler, nous pousser à passer à l’action ou encore nous faire pleurer. Elles peuvent déclencher de vives émotions. Selon certaines estimations, nous pourrions avoir quatre à huit pensées par minute. Cela peut donc représenter plusieurs milliers de pensées par jour !

Il s’avère que des troubles psychologiques peuvent influencer le courant des pensées et le changer. Certains ont tendance à augmenter le courant des pensées, comme les états maniaques, le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), ou encore l’anxiété. Au contraire, certains de ces troubles peuvent réduire ce rythme des pensées. Nous pourrons citer ici la dépression ou bien la démence.

micro-émotions
— Dean Drobot / Shutterstock.com

Ce qu’on appelle pensées spontanées

Certaines pensées sont spontanées ou involontaires. Elles viennent à l’esprit, sans que l’on sache réellement pourquoi. Des idées, des intuitions, ou pensées intrusives liées à une situation qui vous viennent comme ça, tout simplement. Mais savez-vous d’où elles viennent ? Le plus évident est la stimulation de l’environnement. Ce sont des idées qui viennent de ce que nous voyons, ce que nous entendons ou sentons. Mais vous aurez remarqué que souvent, ce type de pensées surviennent lorsqu’on est dans un environnement stable, comme lors d’une marche sur un chemin familier, ou lors d’un transport sur une plus ou moins longue distance. Elles sont souvent issues de la mémoire à long terme. Ce sont des morceaux inconscients de phrases, de sons, d’images ou autres qui constituent également la source principale de nos rêves.

Bien sûr, les émotions jouent un grand rôle dans de nombreux types de pensées spontanées. Les pensées intrusives sont imposées par les émotions, et ce, dans le but de se concentrer sur des informations qui seraient prioritaires comme des frustrations, des menaces ou encore des opportunités. Bien souvent, l’anxiété provoque ce genre de pensées. Un stress post-traumatique peut également produire des flashback ou encore le fait de ruminer pendant des heures sur la même chose. Les émotions les plus positives, quant à elles, permettent de faire des associations d’idées plus éloignées ou inhabituelles que d’habitude, et cela augmente la mémorisation ainsi que la créativité.

micro-émotions
— Kuznetsov Dmitriy / Shutterstock.com

Et à propos des micro-émotions

Même lorsque nous passons une journée normale, sans aucune perturbation, de faibles émotions ou micro-émotions comme certains soucis, désirs, de l’irritation, du stress ou de la surprise, vont participer à l’élaboration de nombreuses pensées. Ces micro-émotions sont brèves, bien souvent inconscientes, et déclenchent souvent des mouvements comme des tensions musculaires et peuvent produire alors des réactions comme la sécrétion d’adrénaline.

Ainsi, ces micro-émotions influencent nos pensées de différentes manières. Cela détourne notre attention, nous sensibilise. Ainsi, les micro-émotions de peur provoqueront l’apparition de pensées et d’inquiétudes hypothétiques qui maintiennent l’anxiété, les désirs au contraire vont plutôt augmenter les objectifs et les souhaits. De la même manière, les micro-émotions de culpabilité ou bien de fierté ont tendance à provoquer des intuitions morales de désapprobation ou d’approbation anticipée des autres.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
ozarmes
ozarmes
1 mois

C’est surtout à cause de la sécheresse liée à l’absence de pluies que cette rivière est à sec !! Ensuite est-ce que l’absence de pluies est liée au réchauffement climatique, ça reste à démontrer…….