— Photobac / Shutterstock.com

En plus d’être plus nombreuses que les hommes, les statistiques disent que partout dans le monde, les femmes ont tendance à vivre plus longtemps que les hommes. En effet, malgré les inégalités sociales qui sont généralement en leur défaveur, les femmes ont une meilleure espérance de vie que les hommes. Quant à savoir pourquoi, cela s’explique notamment par les hormones, mais aussi le comportement des femmes.

Les femmes sont plus avantagées biologiquement grâce à leurs hormones

Selon les statistiques actuelles, les femmes vivent généralement 5 à 10 ans de plus que les hommes. En France, par exemple, l’espérance de vie est de 79,2 ans pour les hommes et de 85,3 ans pour les femmes, selon l’Insee. D’ailleurs, parmi les personnes de plus de 100 ans dans le monde, 85 % sont des femmes. Il faut savoir que ce phénomène n’est pas récent, et que les femmes ont toujours eu tendance à vivre plus longtemps que les hommes. Au fil des ans, les chercheurs n’ont donc eu de cesse de chercher la raison pour laquelle il existe un tel écart dans l’espérance de vie des deux sexes.

La question est d’autant plus pertinente que les hommes sont généralement plus socialement avantagés que les femmes. Selon Shervin Assari, chercheur en psychiatrie et santé publique à l’université du Michigan, même si les femmes font face à plus de stress et de pression, même si elles sont plus souvent victimes de violence, de dépression et de maladie chronique, elles vivent toujours plus longtemps. L’une des premières théories avancées sur le sujet étant que les hommes ont tendance à mettre leur corps à de plus rudes épreuves dans le cadre de leur travail et leurs activités au quotidien, a rapporté BBC.

Cependant, si c’était vraiment le cas, l’écart dans l’espérance de vie entre les deux sexes aurait dû être réduit, dans la mesure où les hommes et les femmes convergent vers les mêmes emplois sédentaires. Pourtant, rien de tel n’a été observé. Selon les scientifiques, même si les femmes sont effectivement plus sensibles aux inégalités sociales, elles sont plus avantagées biologiquement. Notons que ces différences dans l’espérance de vie ne sont pas observées que chez les êtres humains. Chez les chimpanzés, les gorilles, les orangs-outans et les gibbons, les femelles vivent également plus longtemps que les mâles. Selon la science, on peut attribuer cet écart aux hormones, notamment aux estrogènes.

— Africa Studio / Shutterstock.com

Le comportement joue un grand rôle dans cette différence entre les deux sexes

En fait, des études ont prouvé que les estrogènes jouent un rôle important dans la prévention des maladies cardiovasculaires, mais également dans la régulation des réponses immunitaires. Selon une étude, les estrogènes ont un effet immunostimulant sur le système immunitaire. À l’opposé des estrogènes, des études ont montré que l’hormone sexuelle masculine, à savoir la testostérone, « diminue la fonction immunitaire et augmente le risque de maladies cardiovasculaires », a rapporté le Times. D’ailleurs, il a également été observé que si les femmes ont plus tendance à développer des maladies chroniques comme l’arthrose, les hommes ont tendance à développer des maladies plus mortelles.

Enfin, il existe des preuves qui indiquent que la testostérone défavorise les mâles de l’espèce humaine. Des études réalisées par les chercheurs de l’université Duke ont notamment révélé que des niveaux élevés de testostérone sont associés à des comportements à risque, tels que le tabagisme, la consommation d’alcool. De plus, les femmes ont tendance à être plus soucieuses de leur santé que les hommes, prenant ainsi des précautions plus adéquates pour survivre plus longtemps. Selon une étude récente, par exemple, les femmes sont plus susceptibles de faire confiance et d’adhérer à une alimentation saine, tandis que les hommes sont plus susceptibles de préférer les repas gras et de manger en restauration rapide.  

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de