— Elizaveta Galitckaia / Shutterstock.com

Bien qu’ils puissent se révéler inconfortables, les masques faciaux ne modifient pas de manière significative la fonction respiratoire ou le flux d’oxygène et de dioxyde de carbone lorsqu’ils sont portés pendant l’exercice.

Des effets souvent trop faibles pour être détectés

Réduisant la concentration de gouttelettes respiratoires et aérosols projetés dans l’air lorsque les gens respirent, parlent, éternuent ou toussent, le port d’un masque facial se révèle essentiel pour limiter la propagation du Covid-19. Mais la barrière physique créée a fait craindre qu’ils puissent altérer le système cardio-pulmonaire en rendant la respiration plus difficile, en modifiant le flux d’oxygène inhalé et de dioxyde de carbone exhalé et en augmentant la dyspnée (terme médical qui décrit l’essoufflement ou la difficulté à respirer, en particulier durant une activité physique).

Dans une nouvelle étude publiée dans les Annals of the American Thoracic Society, une équipe de chercheurs américains et canadiens ont conclu que si les sensations de dyspnée pouvaient augmenter, il existait peu de preuves empiriques que le port d’un masque facial diminuait de manière significative la fonction pulmonaire, même lorsqu’il était porté pendant une activité physique intense.

« L’activité peut sembler nécessiter un effort plus important, mais les effets du port du masque sur le travail respiratoire, les gaz comme l’oxygène et le CO2 dans le sang ou d’autres paramètres physiologiques sont faibles, souvent trop faibles pour être détectés », note Susan Hopkins, professeur de médecine à l’université de Californie et première auteure de l’étude. « Il n’existe pas non plus de preuves de différences liées au sexe ou à l’âge dans les réponses physiologiques à l’exercice physique avec un masque facial. »

Les personnes souffrant de maladies cardio-pulmonaires graves comme seule exception

Selon les auteurs, la seule exception pourrait concerner les personnes souffrant de maladies cardio-pulmonaires graves, chez lesquelles toute résistance respiratoire supplémentaire ou des changements mineurs dans les gaz circulant dans le sang pourraient provoquer une dyspnée suffisamment importante pour affecter leurs capacités physiques. « Elles pourraient se sentir trop incommodées pour faire de l’exercice, et cela devrait être discuté avec leur médecin », a détaillé Hopkins. « Cependant, le fait que ces personnes courent un grand risque si elles contractent le Covid-19 doit également être pris en compte. »

Les chercheurs sont arrivés à ces conclusions après avoir passé en revue l’ensemble des recherches examinant les effets de divers masques faciaux et dispositifs respiratoires sur les réponses physiologiques et sensorielles à l’activité physique. Ces études prenaient en compte de multiples facteurs, tels que le travail de respiration (l’énergie quantifiée dépensée pour inspirer et expirer), les gaz sanguins artériels, les effets sur le flux sanguin musculaire et la fatigue, la fonction cardiaque ainsi que le flux sanguin vers le cerveau.

Pour les personnes en bonne santé, les effets du port d’un masque sur ces marqueurs physiologiques étaient minimes, quel que soit le type de masque porté ou l’intensité de l’activité physique. Les auteurs ont également déclaré que l’âge ne jouait aucun rôle significatif chez les adultes, tandis que les différences entre les sexes ont été jugées anecdotiques.

Une physiologie « essentiellement inchangée »

« Le port d’un masque peut être inconfortable », concède Hopkins. « D’infimes augmentations de la résistance respiratoire, ainsi que la ré-inhalation d’air plus chaud et légèrement enrichi en CO2 peuvent également intervenir, tandis que le dispositif est susceptible de rendre votre visage chaud et transpirant lorsque vous faites de l’exercice. »

« Mais ce sont des perceptions sensorielles », poursuit la chercheuse. « Elles n’ont pas d’impact sur la fonction cardio-pulmonaire chez les personnes en bonne santé. Ainsi, si la sensation de dyspnée peut être augmentée avec un masque, vous devez mettre cela en balance avec le risque réduit de contracter le Covid-19, sachant que la physiologie est essentiellement inchangée. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de