Marie Curie via Shutterstock
Marie Curie via Shutterstock

ELLE AIDA PERSONNELLEMENT LES SOLDATS DURANT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

Lorsque la Première Guerre mondiale éclata en 1914, Marie Curie fut contrainte de mettre ses recherches et l’ouverture de son nouvel institut du radium en attente à cause de la menace d’une éventuelle occupation allemande de Paris. Au cours des quatre années suivantes, elle contribua à équiper et à faire fonctionner plus de vingt ambulances (connues sous le nom de « petites curies ») et des centaines d’hôpitaux de campagne avec des machines à rayons X primitives, de manière à aider les chirurgiens à localiser l’emplacement et à enlever les éclats d’obus et balles des corps des soldats blessés. En plus de former des personnes destinées à utiliser ces équipements, elle conduisit elle-même une ambulance, malgré le danger.

À la fin de la guerre, il fut estimé que les équipements conçus par Curie avaient certainement sauvé la vie d’un million de soldats. Pourtant, quand plus tard le gouvernement français chercha à lui décerner la Légion d’honneur, elle la refusa. Toujours par esprit d’altruisme, la chercheuse chercha aussi, au début du conflit, à faire don de ses médailles – en or – du prix Nobel à la Banque de France, qui les refusa.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de