Einstein

EINSTEIN L’ENCOURAGEA DURANT LES PIRES ANNÉES DE SA VIE

Albert Einstein et Marie Curie se rencontrèrent pour la première fois en 1911, à Bruxelles, à la prestigieuse conférence Solvay, un événement qui réunit les plus grands scientifiques au monde du domaine de la physique. Parmi les 24 membres de cette édition, Marie Curie s’avéra être la seule femme. Einstein fut si impressionné par elle qu’il vint à sa défense plus tard cette année-là, quand elle fut embourbée dans une controverse et dans la frénésie médiatique qui l’entourait.

En ce temps, le sexisme, la xénophobie et l’antisémitisme atteignirent des sommets en France et la nomination de Curie à l’Académie française des sciences fut même rejetée. Beaucoup soupçonnèrent d’ailleurs que sa condition de femme et ses origines étrangères furent la cause de cet échec.

Conférence de Solvay de 1927. Au premier rang, au centre, Einstein. Marie Curie est deux places à gauche
Conférence de Solvay de 1927. Au premier rang, au centre, Einstein. Marie Curie est deux places à gauche

Plutôt que de reconnaître ses accomplissements, la chercheuse fut raillée et même si elle venait de remporter un deuxième prix Nobel, le comité de nomination chercha à la décourager de se rendre à Stockholm pour l’accepter, afin d’éviter un scandale. Elle sombra alors dans une profonde dépression et se retira de la vie publique.

À cette époque, elle reçut une lettre d’Albert Einstein dans laquelle il lui décrivit et lui offrit ses conseils sur la façon de gérer les événements qu’elle traversait : « Je me considère chanceux d’avoir fait votre connaissance personnelle », lui dit-il. La scientifique reprit rapidement le dessus et se rendit courageusement à Stockholm pour accepter son second prix Nobel.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de