gel-main
— Natchar Lai / Shutterstock.com

Ces dernières semaines, la Chine a connu une recrudescence des maladies respiratoires, notamment chez les enfants. Bien que cette augmentation des cas suscite des inquiétudes, les responsables de la santé ont souligné qu’elle n’était pas causée par un nouveau virus ou un virus inconnu.

Des agents pathogènes courants sont à pointer du doigt

Dans une terrible impression de déjà-vu, nous avons pu dernièrement voir défiler sur les réseaux sociaux les images d’hôpitaux chinois submergés par des patients en détresse. Le plus déchirant étant que la plupart de ces patients sont de jeunes enfants. Dans un monde encore marqué par la récente pandémie de coronavirus, les nouvelles de cette épidémie de maladies respiratoires en provenance de Chine ont suscité beaucoup d’inquiétude et d’interrogations. La principale interrogation concerne notamment l’agent pathogène à l’origine de cette vague de maladies respiratoires.

Dans un premier temps, les médias ont rapporté que l’origine des cas de « pneumonie non diagnostiquée » chez des enfants dans le nord de la Chine n’était pas connue. De leur côté, les autorité chinoises, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et d’autres organismes sanitaires n’ont donné aucune précision sur le sujet. Mais après avoir approfondi leurs enquêtes, les scientifiques de ces organismes ont finalement découvert qu’il ne s’agissait ni d’un nouveau virus ni d’un virus inconnu.

En fait, les causes de cette épidémie de maladies respiratoires en Chine sont des agents pathogènes assez courants ainsi qu’une combinaison de plusieurs facteurs, incluant l’assouplissement des restrictions liées au Covid-19, une sensibilité accrue due à une exposition réduite aux virus respiratoires pendant la pandémie et le climat froid de l’hiver. Quant à savoir quels sont ces agents pathogènes, ils comprennent la bactérie Mycoplasma pneumoniae, le virus respiratoire syncytial, les adénovirus, les virus de la grippe, mais aussi le SARS-CoV-2.

covid
― Keitma / Shutterstock.com

Finalement, il y a eu plus de peur que de mal

L’OMS a notamment confirmé cet état de fait. Dans un communiqué, l’organisation a expliqué que les données hospitalières récemment partagées par la Chine montraient effectivement une augmentation du nombre d’enfants hospitalisés pour des virus du rhume, de la grippe et du virus respiratoire syncytial, depuis le mois d’octobre. Il a également été indiqué que les infections dues à Mycoplasma pneumoniae, une bactérie qui provoque généralement des maladies bénignes, étaient en augmentation depuis le mois de mai.

Autrement dit, l’OMS se veut être rassurante sur la situation sanitaire actuelle en Chine, et exclut la possibilité d’une nouvelle pandémie de maladies respiratoires. Les médecins chinois et les experts étrangers se sont également exprimés, et ont déclaré ne pas être trop inquiets de la situation en Chine. Ils ont notamment souligné que de nombreux autres pays ont connu une augmentation similaire des maladies respiratoires après avoir assoupli les mesures de lutte contre la pandémie.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments