rhume
— Rawpixel.com / Shutterstock.com

Le rhume est souvent considéré comme une simple nuisance, entraînant des symptômes désagréables tels que le nez bouché et les éternuements. Ce que beaucoup de gens ignorent, cependant, c’est l’impact qu’un rhume peut avoir sur le sens de l’ouïe. Quels sont donc les mécanismes à l’origine de cette diminution temporaire de l’audition lors d’une infection respiratoire ?

Le rôle crucial de la trompe d’Eustache

Un élément anatomique se trouve au cœur de cette relation entre le rhume et l’ouïe : la trompe d’Eustache. Ce canal relie l’arrière du nez à l’oreille moyenne et joue un rôle crucial dans notre capacité à entendre, selon le Dr John Fornadley, oto-rhino-laryngologiste basé en Pennsylvanie et professeur agrégé de chirurgie à Penn State. En temps normal, la trompe d’Eustache est fermée, mais elle s’ouvre lors de certaines actions comme avaler ou bâiller, selon Stanford Medicine

L’ouverture de cette trompe permet d’équilibrer la pression de l’air à l’intérieur et à l’extérieur de l’oreille moyenne, un facteur crucial pour la transmission efficace des vibrations sonores à travers le tympan vers l’oreille interne. Pourtant, il existe des situations où ce mécanisme d’équilibrage est perturbé.

La trompe d’Eustache s’ouvre rapidement en réponse à un changement important de la pression de l’air ; ce phénomène est parfois appelé « claquement » des oreilles.  Elle s’ouvre brusquement pour permettre à l’air de circuler, équilibrant ainsi la pression de chaque côté du tympan. Le fait de pincer le nez et de forcer l’air dans l’oreille peut pousser la trompe à s’ouvrir si elle ne le fait pas d’elle-même. 

L’infection respiratoire et son impact sur l’audition

Lorsqu’un rhume ou un autre virus respiratoire fait son apparition, le système immunitaire réagit en augmentant la production de mucus, principalement dans le nez et les sinus. Ce phénomène est bien connu et provoque des symptômes classiques comme la congestion nasale. Mais ce que beaucoup ne réalisent pas, c’est que ce surplus de mucus peut également avoir un impact sur l’ouïe. 

En effet, l’excès de mucus peut s’infiltrer dans l’oreille moyenne via la trompe d’Eustache, perturbant ainsi la pression d’air et les vibrations du tympan. Le résultat ? Une diminution temporaire de notre acuité auditive.

Cette accumulation de mucus peut également être à l’origine d’une infection de l’oreille moyenne, une pathologie fréquente chez les enfants en bas âge. Le risque est plus élevé chez les petits car leur trompe d’Eustache est plus petite et horizontale, ce qui rend l’évacuation du fluide plus compliquée. Selon l’Institut national de la surdité et des autres troubles de la communication, cinq enfants sur six sont touchés par au moins une infection de l’oreille avant l’âge de trois ans.

Les conséquences à long terme et la résolution naturelle

Une infection de l’oreille moyenne peut sérieusement affecter l’ouïe, jusqu’à réduire le volume des sons perçus de 40 décibels, selon une étude récente publiée dans la revue Cureus. Et dans les cas les plus graves, des infections récurrentes ou non traitées peuvent même entraîner une perte auditive permanente.

Cependant, la bonne nouvelle est que dans la majorité des cas, la perte auditive induite par un rhume est temporaire. Une fois l’infection résolue, la trompe d’Eustache retrouve sa fonction normale, permettant à l’ouïe de se rétablir. Il est donc rassurant de savoir que, pour la plupart, le rhume n’est qu’une gêne passagère, même si ses effets peuvent parfois se faire entendre plus que prévu.

Le rhume est plus qu’une simple source de désagréments ; il a également un impact insoupçonné sur la capacité à entendre. Mais il est réconfortant de savoir que, dans la plupart des cas, nos oreilles retrouveront leur état normal une fois le rhume éradiqué.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments