Knickers, le taureau si gigantesque qu’il n’a pas pu être emmené à l’abattoir

Depuis quelques jours, la vidéo d’une vache (en réalité d’un taureau) très impressionnante fait le buzz sur Internet. Son imposante carrure lui vaut d’être refusée par les abattoirs, échappant ainsi à un destin tragique. La bête, qui mesure 1,94 et pèse près de 1400 kilos, s’est imposée comme étant le plus gros bovin d’Australie. 

 

Un gabarit considérable

Les images ont fait le tour du monde. On y voit le bovin du nom de Knickers, surplombant un troupeau de vache, et la différence de taille et de corpulence y est spectaculaire.

Acquis par son propriétaire à l’âge de douze mois, ce mâle de race Holstein n’a cessé de grossir au fil des années, poussant ainsi son propriétaire à le garder. Geoff Pearson, un fermier d’Australie-Occidentale et acquéreur de l’animal à d’ailleurs déclaré « Knickers a toujours été différent des autres, un peu plus gros que les autres ». Lorsque les autres bœufs de son âge sont envoyés à l’abattoir, Goeff Pearson n’a pu se résoudre à achever son impressionnant spécimen qui ne cessait de grossir.

À noter cependant : la vidéo mise en ligne accentue considérablement la différence de gabarit entre Knickers et les autres animaux. En effet, Knickers est un mâle de race Holstein, réputée pour être habituellement 30 % à 20 % plus grande que la race Wagyu, une race japonaise qui a été choisie comme comparatif sur la vidéo.

De plus, alors que le plupart des bœufs sont envoyés à l’abattoir entre deux et trois ans, ne pouvant donc atteindre leur taille définitive, Knickers soufflera-t-elle ses 8 bougies cette année, et bien entendu atteint sa taille maximale aujourd’hui, une opportunité non laissée aux animaux abattus pour l’alimentation.

Enfin, malgré sa taille considérable, l’animal n’est pas le plus grand du monde  ? Le titre revient à Bellino, un bœuf italien, mesurant plus de deux mètres, enregistré à 2,027 mètres !

 

Une histoire qui a ému la toile

Knickers a originellement été acquis dans le but d’être l’entraîneur des autres bovins, c’est-à-dire regrouper le troupeau, mener les troupes. Un travail que sa taille hors norme lui permet de réaliser de façon très efficace. Sur les 20 000 bovins de l’exploitation de Goeff Parson, il est à la charge d’une centaine d’entre eux qu’il dirige d’une main de maître, et qui le suivent à la trace. Mais si pendant sept ans, Knickers a échappé à l’abattage en raison la curiosité de son propriétaire, ce dernier a changé d’avis l’année dernière, et a tenté de faire monter les enchères auprès des abattoirs. Seul bémol : les abattoirs ont déclaré ne pas pouvoir prendre en charge un animal de ce gabarit. Une sorte de deuxième chance pour l’animal, suivi d’une mauvaise nouvelle : Knickers finira malheureusement ses jours en parc d’engraissement.

 

 


La pensée est plus qu’un droit, c’est le souffle même de l’homme.

— Victor Hugo