― Thomas Retterath / Shutterstock.com

Dimanche 2 mai dernier, l’Afrique du Sud a annoncé son intention de mettre fin à l’industrie de l’élevage des lions. Le pays compte notamment en terminer avec la chasse aux lions élevés en captivité ainsi qu’à la possibilité pour les touristes de caresser des lionceaux, d’interagir avec des lions et toute autre exploitation commerciale de ces félins.

Les lions sont tenus captifs et élevés dans des conditions inhumaines

L’Afrique du Sud veut enfin interdire l’élevage de lions en captivité pour la chasse. D’après Barbara Creecy, ministre sud-africaine de l’Environnement, des Forêts et des Pêches, cette initiative serait mise en place pour promouvoir une image plus authentique du pays. « L’industrie des lions élevés en captivité ne contribue pas à la conservation et nuit à la réputation de l’Afrique du Sud en matière de conservation et de tourisme », a notamment expliqué la ministre dans la déclaration datant du 2 mai dernier.

Dans le pays africain, entre 6 000 et 8 000 lions sont élevés en captivité dans des propriétés privées. Cependant, Ian Michler, directeur de Blood Lions, une organisation à but non lucratif dont l’objectif est de mettre un terme à l’industrie des lions captifs, estime ce nombre à près de douze mille. Parmi ces félins élevés en captivité, beaucoup se font abattre au cours des safaris.

Généralement détenus dans des conditions inhumaines, ils sont abattus par des chasseurs de trophées et vendus pour leurs os. Quant aux autres, ils sont destinés à renforcer le marché touristique. En effet, dans certains élevages, les touristes paient pour caresser, nourrir au biberon et prendre des photos avec les lionceaux ou encore pour faire des balades aux côtés des animaux plus âgés. Malheureusement, ce type d’activité conduirait à des pratiques d’élevage inhumaines. Les lionceaux sont par exemple séparés très tôt de leur mère pour qu’ils puissent se reproduire plus vite.

― 2020 Photography / Shutterstock.com

Certains experts sont contre la fin du commerce d’os de lions

Cette annonce du gouvernement sud-africain accompagne la publication d’un rapport de près de 600 pages présenté en décembre 2020 concernant non seulement l’élevage, la chasse et le commerce des lions, mais également des éléphants, léopards et rhinocéros. Dans ce rapport, les experts recommandent de mettre fin immédiatement à la chasses des animaux élevés en captivité et aux interactions touristiques avec les lions captifs. En outre, ils préconisent la destruction des réserves d’os sur le marché et l’euthanasie sans cruauté des lions captifs vivants, car ces derniers auraient de minces chances de survivre une fois relâchés dans la nature.

Michael’t Sas-Rolfes, écologiste et économiste sud-africain faisant partie de l’équipe ayant travaillé sur ce projet, est pour l’interdiction de l’élevage des lions en captivité, mais contre la fin de la commercialisation de leurs os. Selon lui, la fermeture des marchés légaux pourrait entraîner un commerce illégal, qui serait plus difficile à contrôler.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Vilain Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Vilain
Invité
Vilain

Bravo enfin une bonne nouvelle. J’espère qu’on va l’appliquer. Tuer ce n’est pas un jeu.