— Mike Hewison/ Shutterstock.com

Tim, l’un des derniers éléphants aux défenses géantes d’Afrique, est mort de cause naturelle à l’âge de 50 ans. Véritable trésor national pour le Kenya, il va être empaillé afin d’être exposé au musée national.

La disparition d’un trésor national 

Tim, l’un des plus grands éléphants d’Afrique dont les défenses touchaient le sol, est mort de cause naturelle le mardi 4 février 2020 à l’âge de 50 ans. Le Service kényan de la faune sauvage (KWS) a annoncé cette triste nouvelle mercredi dans un communiqué. Il a été retrouvé dans le parc d’Amboseli, dans le sud du Kenya, face au mont Kilimandjaro situé en Tanzanie. Son corps sera transporté à Nairobi où il sera empaillé pour être exposé au musée national. 

Tim avait été nommé par des chercheurs qui avaient appelé chaque éléphant du troupeau familial qu’ils surveillaient par la même lettre pour aider à les identifier : Tim était membre du troupeau « T ». Ryan Wilkie, l’ancien assistant de terrain de Save the Elephants, une organisation non gouvernementale britannique de conservation de la nature, a déclaré que « Tim était un éléphant spécial – pas seulement pour moi mais pour des centaines, des milliers de personnes qui affluaient à Amboseli juste pour avoir la chance de le voir.” Sa disparition est un drame pour le pays.

Un éléphant malicieux

Tim était connu pour sa curiosité et ses habitudes de pillage des cultures avoisinantes. Rien qu’au cours de sa première année, il a tenté 183 fois d’entrer dans les terres agricoles et de faire des incursions dans les cultures. L’équipe de surveillance a pu empêcher environ la moitié de ces tentatives d’aller à leur terme.

Tim avait survécu aux attaques de braconniers et de fermiers en colère puisque au cours de sa vie, il a été transpercé à trois reprises. Il avait été une fois soigné par des vétérinaires du KWS après avoir reçu une lance qui avait transpercé son oreille et s’était brisée dans son épaule. Afin de le garder en sécurité et protéger les récoltes des habitants, une équipe composée de groupes de protection des animaux et du KWS a placé un collier sur lui. Elle a ainsi pu le surveiller de plus près. Une fois que l’équipe savait qu’il approchait des cultures, elle tentait de l’intercepter, bien qu’il ait rapidement appris à les contourner. « Il était si incroyablement intelligent, espiègle, oui, mais aussi un géant vraiment doux et de cette façon un véritable ambassadeur de son espèce”, déclare Ryan Wilkie.

Un des derniers représentants des éléphants aux défenses géantes

La disparition de Tim est un coup dur pour les grands éléphants d’Afrique. En effet, les défenseurs de l’environnement estiment qu’à peine quelques dizaines d’éléphants aux défenses touchant le sol survivent encore en Afrique. Cela est notamment dû au braconnage, puisque les hommes les chassent pour leur ivoire, une matière utilisée pour fabriquer des objets de décoration et pour concocter divers remèdes asiatiques. 20 000 éléphants sont chassés et tués par les braconniers chaque année pour alimenter le commerce illégal d’ivoire. Or, les éléphants possédant les plus grandes défenses sont tués en premier et parfois avant même d’avoir pu se reproduire. Par conséquent, il y a eu une disparition du gène, qui fait qu’aujourd’hui les éléphants ont des petites défenses, voire pas de défenses du tout.

Cela est catastrophique pour la population de pachydermes. Ces dix dernières années, le nombre d’éléphants africains a chuté de 110 000 pour atteindre 415 000 spécimens selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Chaque année, 30 000 éléphants africains sont victimes de braconnage. Et cela ne va pas aller en s’améliorant, puisque le Botswana vient de délivrer ses premiers permis de chasse pour tuer des éléphants. La situation est des plus préoccupantes…

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de