Une nouvelle intelligence artificielle a réussi à battre au poker 5 des meilleurs joueurs au monde. C’est la première fois qu’un tel cas se présente dans une partie à plus de deux joueurs, et prouve une nouvelle fois que l’intelligence artificielle est constamment en progrès dans le domaine de l’adaptation aux circonstances complexes.

Un nouveau champion

Pluribus, le nouveau robot surhumain qui joue au poker, a réussi à devenir champion au Texas hold’em no-limit poker à six joueurs, la variante la plus populaire du jeu. La même équipe de développeurs avait déjà créé un autre robot, baptisé Libratus. Il s’était alors confronté à des joueurs de poker professionnels, dans une partie à deux joueurs. Il avait remporté le tout, et avait déjà marqué à l’époque les esprits. Aujourd’hui, son grand frère, Pluribus, repousse encore les limites en s’attaquant à des parties à six joueurs, une variante bien plus difficile à mettre en place car beaucoup plus de paramètres rentrent en compte.

C’est une véritable prouesse, d’après l’un des développeurs, Noam Brown. « Beaucoup de chercheurs en intelligence artificielle ne pensaient pas qu’il était possible de faire cela avec les techniques que nous utilisons. »

Régulièrement, le Daily Geek Show vous rapportait les prouesses des intelligences artificielles dans le monde professionnel. Nous avons notamment vu les champions de Star Craft II perdre contre DeepMind, ou encore des pilotes de course automobile. Que ce soient les échecs, le Go, les jeux vidéo, ou bien d’autres domaines, l’intelligence artificielle continue de repousser les limites en alignant des combinaisons parfaites.

L’IA rentre dans une nouvelle dimension

Cependant, voilà, gagner un duel est bien plus facile à mettre en place pour les développeurs d’une intelligence artificielle qu’une partie avec plus de joueurs. Aujourd’hui, il y en avait 5 dans l’équation, ce qui jette les bases de l’intelligence artificielle de demain, capable de s’adapter à bien plus de critères que nous pensons. Les développeurs de ce robot estiment d’ailleurs que c’est un pas en avant, et que nous pourrons à l’avenir nous en servir pour créer des applications capables d’automatiser des négociations, qui nécessitent un tas de paramètres différents. Également, les systèmes de détection de fraude ou encore les voitures autonomes pourront s’appuyer dessus.

Pour arriver à un tel résultat, les développeurs ont complètement changé l’algorithme qui était alors dans leur précédent robot, Libratus. Généralement, les auteurs d’une IA s’appuient sur un arbre de décision qui permet de déterminer quelle est la meilleure action à exécuter, en s’adaptant à la situation. Mais avec plus de joueurs, il faut plus de paramètres. Le poker s’y prête bien, avec des tas de stratégies d’anticipation et de coups en avance, normalement inaccessibles pour une machine. Tout cela induit beaucoup plus de possibilités. Pour parvenir à une meilleure adaptation, les développeurs ont permis à Pluribus d’apprendre, à partir de rien, et ainsi d’obtenir le maximum de connaissances par lui-même.

Dans les faits, il va commencer par jour au poker seul, au hasard, dans un flou total. Par la suite, il va prendre en compte les résultats, les meilleurs mouvements à effectuer, et pourra se constituer un solide matelas de connaissances. Après chaque mouvement, il les analyse encore et encore afin de déterminer si c’était la meilleure chose à faire. Par la suite, si les alternatives qu’il a pu déceler sont considérées comme plus optimales, il les choisira en préférence. Ainsi, d’après les développeurs, Pluribus a joué des trillions de mains de poker contre lui-même.

Très efficace, les auteurs ont rapporté qu’il avait été capable de jouer une main en environ 20 secondes. C’est deux fois plus rapide que les humains professionnels. De plus en plus, nous voyons les intelligences artificielles défier les meilleurs sportifs, et ce dans plusieurs domaines. C’est notamment dû au fait que l’on peut mesurer l’intelligence artificielle et ses progrès en les confrontant directement avec les champions humains. Aujourd’hui, les développeurs de Pluribus estiment que c’était le dernier défi restant concernant le poker. À l’avenir, l’intelligence artificielle promet d’être redoutable…

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de