guerre
— diy13 / Shutterstock.com

Agression, meurtre et guerre, l’être humain peut se montrer particulièrement violent, et cela ne date pas d’hier. En effet, la violence chez les humains remonte à très longtemps et face à ce constat, il est utile de se demander si les humains sont violents par nature.

La violence : un phénomène qui remonte aux prémices de l’humanité

Rien qu’en France, on enregistre plus de 900 homicides par an. Et il est estimé que pendant la Seconde Guerre mondiale, il y a eu entre 50 et 85 millions de victimes. Cela montre à quel point les êtres humains sont violents. Et la violence humaine n’est pas un phénomène récent. Des études ont en effet montré que le premier meurtre de l’humanité s’est produit il y a 430 000 ans. Ainsi, la violence n’est pas un phénomène moderne. Mais la question est de savoir si l’être humain est naturellement violent.

Répondre à cette question est difficile, car l’humain peut également se montrer très coopératif et pacifiste. Il a même été montré que de manière générale, les humains sont plus souvent en paix qu’en guerre. Quoi qu’il en soit, cela ne signifie pas que les humains sont naturellement non violents. En fait, la nature humaine n’est ni simple ni linéaire et une personne peut être tout à la fois pacifiste et violente. En premier lieu, il faut comprendre ce qu’est la violence. Chez l’être humain, la violence peut se manifester de nombreuses façons différentes.

Cela peut être l’expression d’une colère de manière verbale, des comportements agressifs, des agressions sexuelles, de la maltraitance, et même aller jusqu’à des meurtres vicieux, des guerres, des massacres ou des génocides. Cela signifie que la manifestation des conflits, de l’agressivité et de la violence peut être très variable d’un individu à un autre. Il faut également comprendre que tout le monde peut se montrer violent, même les personnes les plus douces et les plus pacifistes. Pourtant, cela ne signifie pas pour autant que la violence est inscrite dans notre ADN.

violence
— Tiko Aramyan / Shutterstock.com

L’influence de l’environnement l’emporte sur l’influence génétique

S’il est vrai que plusieurs régions du cerveau ainsi que certaines fonctions biologiques influencent l’expression de l’agressivité, l’être humain ne naît pas violent. En effet, malgré quelques similarités avec certains primates qui pourraient indiquer que l’humain est naturellement violent, des études ont montré que ce sont surtout des facteurs environnementaux qui façonnent la nature d’une personne à être violente ou non. Cela explique pourquoi il y autant de variations dans l’occurrence et la manifestation de la violence.

En effet, même si la génétique façonne la base de la personnalité d’une personne, ce sont les différentes expériences qu’elle vivra tout au long de sa vie qui finiront par l’emporter pour définir son comportements et ses attitudes. Finalement, ce sont donc des influences extérieures qui façonnent la personnalité d’un humain, même si certains traits sont effectivement génétiques. Ainsi, même si une personne peut être effectivement plus violente de nature, la manifestation et l’expression de cette violence dépendront de nombreux autres facteurs non génétiques.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments