Incroyable : cette espèce humaine récemment découverte aurait coexisté avec l’homme moderne

Il y a presque quatre ans, des chercheurs ont récupéré 1500 os et dents humaines anciennes d’une chambre rocheuse dans les grottes de Rising Star en Afrique du Sud. Aujourd’hui, l’équipe a récupéré 130 autres os et dents d’hominidés dans une deuxième chambre de ces grottes. D’après eux, ces découvertes sont la première confirmation officielle de l’âge des spécimens. Elles ont le potentiel de transformer notre compréhension de la façon dont et où les premiers humains ont évolué.

L’une des plus grandes découvertes fossiles du 21e siècle

Les chercheurs qui étudient les racines évolutives profondes de l’humanité trouvent rarement des fragments d’os d’homininés, et encore moins des squelettes relativement complets. Beaucoup ont dû faire preuve de jalousie quand en 2013, Lee Berger de l’Université des Witwatersrand à Johannesburg en Afrique du Sud, et ses collègues, ont déterré des centaines d’os de la chambre Dinaledi des grottes de Rising Star.

Toutefois, ce n’était pas le volume de ces découvertes qui était le plus marquant. L’équipe de Berger s’est vite rendue compte que les os appartenaient à une espèce jamais observée auparavant. Son corps court avait des mains et des pieds comme un humain moderne, un petit cerveau comme un humain précoce, ainsi qu’un bassin et des épaules comme ceux d’un Australopithecus, semblable à un singe. En 2015, l’équipe l’appelait Homo naledi.

La plus récente découverte d’Homo naledi, retrouvée dans la chambre Lesedi des grottes de Rising Star, nous apporte la confirmation qu’elle correspond à au moins trois individus du même type, et que beaucoup d’os et de dents appartiennent à un seul et même squelette adulte remarquablement compliqué, surnommé Neo. « C’est l’une des plus grandes découvertes fossiles du 21ème siècle à part entière », dit Berger. À en juger la taille des os, Neo aurait mesuré 1,4 mètre de hauteur et pesé environ 40 kilos, affirme William Jungers à l’Université Stony Brook à New York, qui n’était pas impliqué dans le travail. « H. Naledi était plus petit que ce que l’on pensait « , dit-il.

Dessin illustrant le contexte géologique et taphonomique ainsi que la distribution des fossiles, des sédiments et des flowstones géologique au sein de la Chambre Dinaledi. L’Unité 1 représente les premiers sédiments qui ne contiennent que des fossiles de rongeurs. L’Unité 2 représente les sédiments qui se ont été attachés à la paroi latérale par « pierre de flux », c’est à dire les restes des premiers dépôts qui ne contiennent pas d’os fossiles d’Homo naledi. L’Unité 3 représente les sédiments de gravats contenant le plus grand nombre d’os fossiles.

Un humain à petit cerveau qui a vécu parmi nous

Pour la première fois, l’équipe a surtout pu déterminer l’ancienneté de l’Homo naledi dans la chambre Dinaledi. Cela s’est avéré difficile, en partie parce que les fossiles ont été trouvés dans des sédiments en vrac plutôt que des roches, ce qui permettrait de mieux les dater. Mais une analyse minutieuse des isotopes de ces sédiments et des restes de couches calcaires solides qui se sont formées après que l’ Homo naledi se soit retrouvé dans la grotte, suggèrent que les fossiles sont âgés de 230 000 à 415 000 ans. L’analyse isotopique du matériau prélevé sur trois dents de H. naledi a permis de resserrer encore plus l’étau. Les os H. naledi découverts dans la chambre Dinaledi ont entre 236 000 et 335 000 ans.

Cette tranche d’âge est presque universellement significative. Elle place l’Homo naledi sur le paysage sud-africain, peu de temps avant que nos espèces (les «humains modernes») auraient commencé à apparaître ailleurs en Afrique, et longtemps après que les homininés à cerveau mineur auraient disparu du continent. « Ce qui rend cette découverte particulièrement fascinant, c’est que H. naledi était plus différent des humains modernes que les Néandertaliens, une autre espèce avec laquelle les hommes modernes coexistaient », explique Fred Spoor au University College de Londres.

Dans le temps, le matériel de l’Homo naledi se place dans une période dont l’enregistrement fossile d’homininés est généralement pauvre. Nous savons que plusieurs espèces d’homininés coexistaient apparemment en Afrique il y a plus de deux millions d’années, mais aussi que plusieurs espèces semblaient avoir coexisté en Eurasie au cours des 100 000 dernières années. Une période excitante marquée par sa diversité.

Ossements de l’Homo naledi découverts dans la chambre de Dinaledi

Remise en cause de l’évolution humaine

Bernard Wood, à l’Université George Washington à Washington DC n’est pas surpris par l’âge de cette espèce. Quelques mois après la publication des premiers articles sur l’Homo naledi, il avait parié un collègue que l’espèce aurait moins de 500 000 ans, « notamment au regard de ses mains. « J’avais l’impression de voir une main et un pied relativement modernes », a-t-il dit.

Wood pense qu’une analyse évolutive complète pourrait conclure de ces mains et pieds modernes que H. naledi aurait côtoyé plusieurs autres humains relativement récemment. « Ses caractéristiques primitives pourraient être trompeuses », dit-il. Cela signifierait qu’il serait né récemment et aurait ensuite évolué de manière plus primitive en raison de l’isolement, du fait qu’ils vivaient en Afrique australe, ce qui explique certains de leurs attraits humains et leur petit cerveau.

« Cela pourrait être proche de l’origine du genre Homo », explique Chris Stringer au Natural History Museum de Londres. « Il pourrait même être l’Homo précoce le plus primitif que nous ayons jamais découvert », explique le professeur Lee Berger, le paléontologue qui a mené l’exploration. « Cela pourrait avoir eu ses origines bien avant deux millions d’années ».

Selon lui, plutôt que de voir l’Afrique australe comme un cul-de-sac évolutif isolé, il est possible que la puissance de l’évolution humaine y résidait: la région où de nombreuses espèces humaines (potentiellement incluant notre espèce) apparurent pour la première fois. « Les régions subéquatoriales sont les moteurs de la biodiversité », dit-il.

Les mains de l’Homo Naledi

De profondes implications

Cette nouvelle façon de penser pourrait avoir des implications profondes, dit-il. Par exemple, l’étrange combinaison de traits de H. naledi, souligne que l’émergence d’une anatomie humaine reconnaissable et moderne était beaucoup plus compliquée que celle pensée à l’origine. Et l’idée que H. naledi aurait pu survivre dans le creuset de l’évolution humaine pendant deux millions d’années devrait soulever l’idée que la concurrence entre les lignées humaines conduisait une avancée universelle vers des cerveaux de plus en plus grands.

Même le relevé archéologique des outils en pierre pourrait être réévalué étant donné que les mains modernes de l’Homo naledi auraient pu manipuler avec précision. Dans un troisième article, l’équipe de Berger spécule que les outils en pierre généralement supposés être le travail d’hommes reconnaissables comme l’Homo erectus ou même l’Homo sapiens pourrait avoir été le travail de l’Homo naledi. Cependant, il faudrait attendre d’avoir des preuves solides avant de tirer de conclusions trop hâtives, afin de ne pas trop nous égarer. Toutefois ces théories sont fascinantes.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux