— stockphoto mania / Shutterstock.com

Dans le monde, une personne sur dix serait gauchère. Une particularité dont les conséquences sont plus importantes qu’on ne le croit. Du mode de vie des gauchers aux croyances populaires, le DGS vous présente cette différence si particulière !

Il existe une multitude de rumeurs populaires, de légendes urbaines sur les gauchers. Tant et si bien qu’ils ont longtemps été marginalisés par nos sociétés et le sont encore à travers le monde. Mais cette différence, loin d’être anodine, a des conséquences physiques, cérébrales et sociales.

TOUT SE PASSE DANS LE CERVEAU

Plus importante disparité entre droitiers et gauchers, leur composition cérébrale. Le cerveau est ainsi fait : chaque partie héberge un certain nombre de fonctions plus ou moins importantes : c’est la latéralisation. Chez les droitiers, ce phénomène entraine un stockage des plus importantes fonctions dans l’hémisphère gauche quand le cerveau des gauchers héberge ces fonctions dans son hémisphère droit. Ajoutons également que le fait d’être gaucher serait pour beaucoup imputable à la génétique.

LES AMBIDEXTRES N’EXISTENT PAS

Lorsqu’on parle d’un individu ambidextre, cela implique qu’il n’est ni gaucher ni droitier et utilise aussi habilement ses deux bras (voire ses deux jambes). Mais selon plusieurs études, les ambidextres ne seraient que des gauchers habitués à se servir de leur main droite, notamment à cause de la marginalisation dont ils font l’objet et qui survient souvent dès le plus jeune âge.

LES GAUCHERS ONT UN CERVEAU PLUS DÉVELOPPÉ

Le corps calleux est la partie du cerveau qui fait la liaison entre les deux hémisphères cérébraux et permet aux informations de transiter entre ces deux parties. Mais en raison de la constitution classique des humains, qui sont le plus souvent droitiers, les gauchers doivent faire transiter davantage d’informations entre les deux parties de leur cerveau pour pallier leur différence. Leur corps calleux serait ainsi plus développé.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de