― Vydrin / Shutterstock.com

Après plusieurs années à préparer la mise en place d’un chargeur universel, la Commission européenne a finalement proposé officiellement son projet de loi pour faire de l’USB-C le port de charge universel de plusieurs appareils électroniques. Si l’initiative arrange les consommateurs, elle pose problème à un certain constructeur.

Moins de déchets électroniques

L’Europe veut imposer un chargeur universel pour tous vos appareils électroniques et quelle que soit la marque. Ce projet de loi doit encore être approuvé par les eurodéputés et les États membres de l’Union européenne. Il concerne les smartphones, les tablettes, les appareils photo numériques, les casques audio, les enceintes et les consoles de jeux portatives. La Commission européenne souligne que cette initiative va dans le sens des consommateurs et de l’environnement.

Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence, a expliqué dans un communiqué que les Européens en avaient assez d’accumuler des chargeurs incompatibles dans leurs tiroirs. Selon Bruxelles, les consommateurs européens dépensent chaque année environ 2,4 milliards d’euros dans les accessoires de recharge d’appareils mobiles. Un appareil universel permettra d’économiser 250 millions d’euros annuellement.

En outre, l’initiative permettra également de réduire les déchets électroniques dans le monde. Les déchets de chargeurs non utilisés sont évalués à environ 11 000 tonnes par année. Si cette loi est adoptée, cette quantité pourrait être réduite de près de 1 000 tonnes par année.

— kozirsky / Shutterstock.com

Apple est contre ce projet de loi

En 2019, l’USB-C était présent sur 44 % des smartphones vendus en Europe, le micro-USB sur 38 % et le Lightning sur 18 %. Apple, qui indique que sa technologie Lightning est présente sur plus d’un milliard d’appareils électroniques dans le monde, s’oppose à ce projet de loi. Selon le géant américain, une telle réglementation étoufferait l’innovation et nuirait aux consommateurs en Europe et dans le monde.

Pour rassurer les constructeurs, la Commission européenne indique que ceux-ci pourront installer d’autres formats de ports de charge sur leurs appareils, en parallèle avec l’USB-C. En outre, elle indique que les entreprises auront droit à « une période de transition de 24 mois à compter de la date d’adoption qui donnera au secteur suffisamment de temps pour s’adapter avant l’entrée en application ».

Etes-vous pour ou contre un chargeur universel ?

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de