Alors que la tendance gouvernementale est à la privatisation (Aéroports de Paris, SNCF…), du côté de la distribution d’eau potable, la tendance s’inverse. En effet, à l’image de la ville d’Embrun, beaucoup de mairies font désormais le choix d’organiser elles-mêmes la distribution de l’eau dans leur ville, précédemment gérée par des sociétés privées.

Une baisse de facture pour les usagers

Un soulagement pour les habitants : à l’inverse d’une société privée, l’objectif final des communes n’est pas de réaliser un bénéfice important sur la consommation, et propose à ses usagers des tarifs bien inférieurs à ceux des professionnels. La preuve : à Embrun, entre 2007 et 2018, le prix du m3 d’eau est passé de 134,60 € à 102,40 €, soit une chute de 30 % des prix.

De plus, la prise en charge par la mairie et son désintérêt financier leur garantissent une véritable stabilité quant aux normes de distribution de l’eau courante, ainsi qu’un entretien régulier des infrastructures, synonyme d’une diminution des fuites et du gaspillage qui en découlent. Mais les mairies aussi mesurent les aspects positifs de ce changement : il leur reste ainsi moins de personnel à embaucher, la garantie d’une organisation plus efficace et la promesse de travaux réalisés plus vite. Un soulagement pour cette petite ville de la région Rhône-Alpes.

La sous-traitance de l’eau potable par la commune permet également aux maires de réaliser des économies importantes, et leur permet à présent de distribuer des chèques de 10 ou 20 € aux foyers les plus modestes afin de les aider à payer leur facture. Grâce à cette mesure, en 10 ans le nombre d’impayés a considérablement chuté : la mairie enregistre en effet 600 000 € de recettes contre 3 000 € d’impayés.

Une tendance qui s’affirme

Les mairies sont donc nombreuses à reprendre le contrôle de l’eau potable, en organisant la redistribution de l’eau dans leur ville.

Cette tendance a vu le nombre de régies publiques augmenter rapidement : elles géraient l’eau potable de 28 % de la population en 2001, contre 40 % en 2016.

Montpellier et 12 communes de son agglomération ont franchi le pas il y trois ans, avec un objectif clair pour la mairie : moderniser le réseau. Pour atteindre ses objectifs, la métropole investit chaque année 8 millions d’euros dans les travaux. Malgré le coût important que cela représente pour la ville, cette avancée permet aux usagers d’économiser environ 10 % de leur précédente facture.

Cependant, à Montpellier comme à Embrun, la mairie prend en charge la distribution de l’eau, mais pas son processus d’assainissement, toujours confié à une société privée. Une solution à envisager pour réaliser encore plus d’économies à l’avenir ?

COMMENTEZ
7

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
5 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
7 Auteurs du commentaire
PierreFranjoelle desprezpierreMichel Leloup Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
poye
Invité
poye

« Embrun petite ville de la région Rhône-Alpes ». FAUUUUUUUUUUUXXXXXX extrait du site officiel de la mairie=  » Embrun est une commune située dans le département des Hautes-Alpes, en région Provence Alpes Côte d’Azur (PACA). Elle est membre de la communauté de communes de l’Embrunais et du Pays Serre-Ponçon-Ubaye-Durance. Perchée sur son… Lire la suite »

Yliad
Membre
Yliad

Décidément beaucoup de coquilles dans cet article et dans d’autres aussi d’ailleurs. En premier lieu la localisation d’Embrun puis le prix du m3 d’eau 134,6€!!! à ce prix ça n’est sûrement pas de l’eau.