— shynebellz / Shutterstock.com

Le 11 décembre dernier, des terroristes ont attaqué un pensionnat scolaire à Kanakra, au nord du Nigéria. Après le raid, un grand nombre d’enfants ont été portés disparus. Si 200 d’entre eux ont réussi à fuir et ont réapparu depuis, Plus de 300 élèves ont été kidnappés. Le jeudi 17 décembre, les autorités du Nigéria ont confirmé qu’au moins 300 élèves avaient été libérés.

Un enlèvement de masse soumis à de nombreuses incertitudes et inquiétudes

L’école secondaire nigériane des sciences du gouvernement – un internat pour garçons – à Kankara, dans la province de Katsina, a été attaquée le 11 décembre dernier. L’école héberge environ 800 étudiants. Durant l’attaque, un bon nombre d’entre eux ont disparu. Si certains d’entre eux se sont enfuis et ont réapparu après, plus de 300 élèves sont encore portés disparus. On ignore encore le nombre exact d’élèves portés disparus, dans la mesure où il a été impossible de contacter certaines familles à cause d’une mauvaise connectivité téléphonique.

En ce qui concerne ceux qui ont probablement été enlevés par les terroristes, des témoignages affirment qu’ils ont été emmenés dans les forêts environnantes. Des avions de surveillance nigérians ainsi que des drones américains ont été envoyés au-dessus des pans de forêts qui ont été localisés grâce aux témoignages des rescapés. Des fouilles à terre sont également menées par les autorités locales. En réponse à ces interventions, « les ravisseurs des élèves de Kankara ont contacté un enseignant et lui ont demandé de dire au gouvernement d’arrêter la surveillance par hélicoptère. Ils n’ont pas demandé de rançon », a déclaré Abdu Labaran, directeur général des médias du gouvernement de Katsina.

— Free Wind 2014 / Shutterstock.com

Une attaque qui a été revendiquée par Boko Haram

Le groupe de terroristes Boko Haram a revendiqué l’attaque, a rapporté The Guardian. Dans une cassette audio, Abubakar Shekau, le chef du groupe de djihadistes, a ainsi déclaré être à l’origine de l’enlèvement des pensionnaires de l’école de Kankara. Malgré cette revendication, l’implication réelle de Boko Haram est encore soumise au doute par manque de preuve. Par ailleurs, des demandes de rançons par d’autres groupes de malfaiteurs ont déjà été reçues par les autorités de Katsina. Une possibilité selon laquelle les élèves kidnappés ont été transférés au groupe d’extrémistes a notamment été évoquée.

Si le manque d’informations sur cet enlèvement de masse est très inquiétant, les témoignages des rares rescapés le sont encore plus. « Ils ont dit qu’ils tueraient quiconque tenterait de fuir, mais je me suis positionné près du fond et j’ai attendu une chance de courir. Des centaines de mes camarades sont toujours en captivité quelque part dans la forêt », a déclaré Usama Male, un rescapé de 17 ans. « Ils nous ont fait croire qu’ils étaient là pour nous sauver, alors beaucoup les ont suivis. Ils nous ont rassemblés sous un arbre et nous ont divisés en trois groupes. Ils nous fouettaient avec des branches d’arbres et nous frappaient avec le côté plat de leurs machettes. Certains étaient blessés », a déclaré Umar, un autre rescapé.

Face au drame, les organismes internationaux sont inquiets et les parents craignent de ne plus revoir leurs enfants. À noter que ce n’est pas la première fois qu’un tel drame se produit au Nigéria. En 2014, 200 jeunes filles ont été enlevées à Chibok, également dans le nord du pays. Jusqu’à présent, on ignore encore ce qui est arrivé à une centaine d’entre elles. Cet enlèvement a été l’œuvre de Boko Haram et la revendication de l’évènement à Kankara n’a fait que renforcer l’inquiétude des parents. Jusqu’à présent, on ne sait pas avec certitude pourquoi les groupes d’extrémistes pratiquent ces enlèvements de masse, mais les motivations idéologiques et religieuses sont souvent évoquées.

Le jeudi 17 décembre, les autorités ont confirmés que au moins 300 élèves ont été libérés. Ils sont aujourd’hui en sécurité avec les forces de l’ordre. Ils seront soignés avant d’être remis à leurs familles.

Mise à jour le 18/12/2020 : Nous avons apporté des modifications concernant cet article. Les élèves kidnappés ont été libérés.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de