—OverHope.STP / Shutterstock.com

Vendredi 12 juin 2020, The Guardian nous rapporte que Twitter a supprimé plus de 170 000 comptes sur sa plateforme qui semblent être liés à une campagne d’influence chinoise. Les comptes en question publiaient principalement des tweets sur les manifestations à Hong Kong, aux États-Unis et sur le coronavirus.

Une campagne ciblant les sinophones

Apparemment, Twitter aurait fermé 23 750 comptes principaux et 150 000 comptes « amplificateurs » qui stimulaient le contenu publié par les comptes principaux, d’après l’annonce de la plateforme le jeudi 11 juin dernier.

Selon les chercheurs de l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI), même si la Chine a bloqué Twitter sur son territoire, cette campagne ciblerait les utilisateurs parlant chinois dans d’autres pays « avec pour intention d’influencer les perceptions sur des questions clés, notamment sur les manifestations de Hong Kong, le milliardaire chinois exilé Guo Wengui et, dans une moindre mesure, le Covid-19 et Taïwan. »

Des comptes très actifs

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont analysé 348 608 tweets parus entre janvier 2018 et avril 2020, et ont découvert que la plupart de ces contenus avaient été publiés aux heures de travail à Pékin du lundi au vendredi, et chutaient le week-end. De plus, les tweets contenaient des images avec du texte en chinois et, selon les chercheurs de l’ASPI, les comptes cherchaient principalement à cibler les personnes vivant à Hong Kong et la diaspora chinoise.

Bien que la majorité des comptes n’avaient quasiment pas de followers, 156 de leurs tweets ont reçu plus de 50 likes et 26 tweets ont été retweetés 10 fois. Par ailleurs, les chercheurs ont remarqué que certains étaient d’anciens comptes officiels qui ont été piratés ou achetés pour être utilisés dans le cadre de la campagne.

Des accusations contre les États-Unis

Les comptes de la campagne ont particulièrement mis l’accent sur le mouvement « Black Lives Matter » aux États-Unis, et accusent les États-Unis d’être hypocrites sur « leurs critiques de la réponse de la police à Hong Kong tandis que la police et les troupes américaines utilisent la violence contre les manifestations aux États-Unis ». Ils avertissent également « les manifestants de Hong Kong de ne pas penser qu’ils peuvent compter sur les États-Unis pour un soutien contre les intérêts nationaux de la Chine ».

Les chercheurs déclarent que malgré la suppression de ces comptes, les campagnes persistent sur Twitter et Facebook avec de nouveaux comptes réaffectés et de nouveaux comptes créés.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de