Le réchauffement climatique nous pousse à investir dans des climatiseurs afin de lutter plus efficacement contre la canicule. Dans cette course pour la fraîcheur, le Qatar fait partie des pays les plus chauds de la planète. Ainsi, pour lutter contre des chaleurs étouffantes et rafraîchir ses rues, le pays s’est muni de systèmes de climatisation extérieure à très haut coût. Un système qui est malheureusement très nocif pour l’environnement…

Un pays étouffé par la chaleur

En été, au Qatar, les températures peuvent atteindre les 46 degrés, voire plus en fonction des périodes. Il s’agit donc de l’un des pays les plus chauds du globe. Ses températures ont augmenté de plus de 2 °C depuis sa période préindustrielle. Les changements climatiques sont le principal responsable de tels records de chaleurs. L’explosion de l’urbanisation et l’humidité du golfe Persique favorisent également de fortes chaleurs. Si l’humidité de l’air est élevée, l’évaporation de la sueur du corps humain est fortement ralentie ou complètement stoppée.

En plus d’être un des pays les plus chauds, le Qatar est l’un des plus riches. Alors, afin de lutter contre les chaleurs étouffantes et insupportables, la monarchie s’est empressée d’investir dans des climatiseurs géants et très coûteux pour équiper ses rues, marchés, centres commerciaux ouverts et stades extérieurs. Ainsi, les Qataris pourront désormais bel et bien profiter d’une « brise fraîche (qui permettra) à la vie de continuer comme avant », comme l’explique The Indenpendent dans un de ses articles.

— GagliardiPhotography / Shutterstock.com

Une solution d’urgence

Beaucoup sont ceux qui affirment que l’air qui circule au Qatar est irrespirable. Les autorités considèrent donc que l’installation de systèmes de climatisation extérieure est une solution d’urgence, mais surtout une question de survie. « Sans ces climatiseurs, la vie à l’extérieur serait tout simplement insupportable », explique Yousef al-Horr, fondateur de l’Organisation du Golfe pour la recherche et le développement. « C’est une question de survie. Il fait trop chaud. C’est la réalité », s’inquiète Neeshad Shafi, du mouvement écologiste Arab Youth Climate Movement Qatar. Sans climatiseur, le corps n’a aucun autre moyen pour se rafraîchir.

Jos Lelieveld, chercheur à l’institut Max-Planck de chimie de Mayence en Allemagne, explique que « s’il fait chaud et que le taux d’humidité s’approche des 100 %, il est possible de mourir littéralement de chaud ».

Les travailleurs étrangers sont également concernés par les fortes chaleurs. A ce sujet, la revue Cardiology a réalisé une étude parue en juillet. Celle-ci a révélé que sur 571 arrêts cardiaques mortels qui ont touché des migrants népalais sur leur lieu de travail au Qatar, 200 ont été causés par un « choc thermique sévère ». Les autorités du Moyen-Orient redoutent que l’association de la chaleur et de l’humidité devienne trop importante et ainsi que l’air ne soit définitivement plus respirable. Une démarche qui apparaît primordiale pour la santé des habitants. Simple confort, la climatisation deviendrait un outil vital à la survie de tous.

Cette course vers la fraîcheur est d’autant plus importante que la prochaine Coupe du monde de football aura lieu au Qatar en 2022. Le pays souhaite donc refroidir ses rues urgemment pour le plus grand confort du public et des joueurs. La compétition se déroulera d’ailleurs exceptionnellement en novembre afin d’éviter les chaleurs étouffantes estivales. Les températures dépasseront tout de même les 30 degrés. La Qatar a également énormément investi pour climatiser ses infrastructures sportives.

Le stade Khalifa de Doha au Qatar qui accueillera la Coupe du monde de football en 2022 est la première infrastructure à être complètement recouverte d’un système de climatisation
— Benny Marty / Shutterstock.com

Un gain de confort profondément néfaste pour l’environnement

Agréables conforts pour mieux respirer, ces systèmes de climatisation extérieure sont malheureusement un véritable cauchemar pour l’écologie et l’environnement. Par ailleurs, un tel système d’installation n’empêchera pas les températures de monter. En effet, les climatisations rejettent un air chaud vers l’extérieur et participent au développement des émissions de carbone qui favorisent le réchauffement de la planète. Selon la Banque mondiale, il s’agit du plus grand pays émetteur de gaz à effet de serre par habitant.

Aujourd’hui, le nombre exact de climatiseurs n’est pas encore connu. Il s’annonce toutefois colossal, compte tenu de la situation climatique catastrophique. Ce qui est certain c’est que la consommation électrique ne cessera pas de croître. Le Qatar fait déjà partie des pays les plus gourmands en climatisation. 60% de son électricité est consacrée à la climatisation. Une consommation qui, selon certains scientifiques, risque de doubler d’ici 2030. Ces chiffres inquiètent sur l’impact de tels dispositifs sur l’environnement. Les Etats-Unis polluent 3 fois moins que le Qatar. Avec ses 2,639 millions d’habitants, recensés en 2017, qui peinent à respirer convenablement, l’installation de ces systèmes de climatisation sera faite rapidement au grand dam de l’environnement.

COMMENTEZ
6

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
4 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
JipeQatastropheTomas DervillePatCheik Kado Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
ozerfil
Membre
ozerfil

Quand on a de l’argent à ne plus savoir qu’en faire, on tente même d’aller contre la Nature !!

Quitte à aggraver le phénomène dans le temps…

Cheik Kado
Invité
Cheik Kado

C’est le babel des temps moderne. ou comment se croire tout puissant, contre la nature et croire que l’on peut etre un dieux grace a tout le fric du monde. La lecon ne tardera pas de toutes facons. Malheureusement construire dans un desert a l’aridité croissante c’est ubuesque, don quichotesque,… Lire la suite »