Des archéologues viennent de découvrir l’une des plus somptueuses œuvres d’art de la Grèce antique

En Grèce, une équipe d’archéologues de l’Université de Cincinnati a mis en lumière un véritable trésor historique. Au cœur des fouilles du tombeau d’un guerrier minoen, ils ont découvert une pierre gravée datant de la préhistoire et dont la finition est exceptionnelle. Une oeuvre incroyable qui fascine à la fois les historiens et les historiens de l’art. 

A QUOI RESSEMBLE CETTE OEUVRE EXCEPTIONNELLE ?

Cette œuvre minuscule est une pierre taillée datant de l’époque préhistorique. Et c’est là tout ce qui fait la rareté de cette découverte : c’est la première fois qu’un vestige si ancien est mis au jour par des archéologues. La sculpture semble représenter un combat digne de ce que l’on peut lire dans les poèmes grecs épiques, et où l’on peut voir un héros s’apprêtant à porter le coup de grâce.

À peine plus grande qu’un biscuit, la pierre de sceau s’est recouverte au fil du temps d’une couche de calcaire. C’est la technologie (et plus particulièrement une lentille de caméra puissante et une photo-microscopie) qui ont permis de révéler toute sa beauté et sa complexité technique tout comme l’a précisé Jack Davis, chercheur sur le chantier. « Certains des détails sur cette pierre mesurent seulement un demi-millimètre de haut. Ils sont incompréhensiblement petits. »

LE TRÉSOR SECRET D’UN GUERRIER

Découverte capitale à la fois de l’Histoire grecque mais aussi de l’Histoire de l’art, la pierre était cachée au cœur d’une site déjà très prisé des archéologues. Ce dernier, situé à proximité du Palais de Nestor et entre les cités de Pylos et de Khora (au sud-ouest de la Grèce), est un tombeau vieux de plus de 3500 ans. Il y abrite la dépouille et les richesses d’un guerrier surnommé par les chercheurs « le guerrier griffon », nom qui découle d’une plaque en ivoire trouvée dans le tombeau et sur laquelle on peut voir la créature légendaire.

Lors des précédentes fouilles, les archéologues ont eu l’occasion de déterrer de fantastiques témoignages de l’âge du bronze, époque à laquelle vivait le guerrier griffon. Ils ont ainsi découvert son squelette et un ensemble de bijoux. Néanmoins, l’Université de Cincinnati insiste sur le fait que malgré ces découvertes déjà importantes, la pierre reste « l’une des plus belles œuvres de l’art grec préhistorique jamais découverte et sa trouvaille historique la plus impressionnante à ce jour »

POURRAIT-IL Y EN AVOIR D’AUTRES ?

La pierre découverte dans la tombe du guerrier griffon reste unique au monde pour l’instant, mais les chercheurs espèrent mettre en lumière d’autres vestiges comme celui-ci créé par la civilisation minoenne. Cette culture est d’ailleurs l’un des sujets de recherches les plus importants de l’Université de Cincinnati, et cette découverte montre une nouvelle facette de cette civilisation que les chercheurs vont pouvoir approfondir : leur minutie.

Selon Jack Davis, « il semble que les Minoens produisaient un art que personne n’aurait imaginé être capable de produire. Cela montre que leur capacité et leur intérêt pour l’art figuratif, en particulier le mouvement et l’anatomie humaine, sont au-delà de ce que l’on pensait. Combiné avec les caractéristiques stylistiques, cela est tout simplement extraordinaire, notamment la représentation du corps humain, qui possède un niveau de détail que l’on ne retrouvera pas avant la période classique de l’art grec, 1000 ans plus tard ».


Avant d’être une femme politique, Angela Merkel était physicienne et chimiste

— @DailyGeekShow