Connue pour ses projets parfois insolites, l’Agence de défense américaine (DARPA) étudie très sérieusement la possibilité d’utiliser des crevettes pistolet afin de détecter la présence d’engins sous-marins. Une idée moins farfelue qu’il n’y parait.

Utiliser les crevettes pistolet pour détecter les engins sous-marins

Utiliser l’étonnante particularité des crevettes pistolet comme système de détection radar afin de repérer les engins sous-marins, voici l’étonnant pari imaginé par les chercheurs de la DARPA. Le principe est relativement simple : les ondes sonores générées par les puissants claquements de cette espèce de crevette très répandue ont tendance à « rebondir » sur les objets situés à proximité, et leur analyse permettrait d’établir une cartographie sonore précise de l’environnement sous-marin à moindre coût. Le projet a été baptisé « PALS » pour « Persistent Aquatic Living Sensors ».

Évoluant dans les eaux côtières tropicales et subtropicales du monde entier, les crevettes pistolet sont en effet capables d’assommer, voire de tuer, leurs proies grâce à l’onde de choc générée par le claquement de leur pince géante. Celles-ci sont en effet capables de la refermer à une vitesse extraordinaire (100 km/h), ce qui produit de minuscules bulles d’air brûlantes et des ondes sonores de 190 décibels à courte distance. À titre de comparaison, cette détonation se révèle plus forte qu’un coup de fusil de calibre 22, et suffisamment puissante pour briser un petit récipient en verre.

Ainsi, l’analyse de la façon dont les ondes sonores générées par leurs claquement se dispersent dans l’océan permettrait aux scientifiques de détecter la présence de tout dispositif sous-marin.

D’autres organismes marins également à l’étude

Omniprésente dans les océans, cette crevette offrirait un moyen bon marché et fiable de détecter les appareils tentant de passer sous les radars, plus particulièrement les drones sous-marins, réputés pour leur capacité à se déplacer de façon quasi-silencieuse. Selon la DARPA : « Des systèmes de détection autonomes utilisant ce type d’organismes marins comme fondement seraient discrets, rentables, et permettraient une surveillance sous-marine permanente avec une empreinte logistique minimale ». Mais les crevettes pistolet ne sont pas les seuls organismes marins ciblés par les scientifiques.

© Wikimédia / Arthur Anker

Parmi les autres moyens de détection envisagés par les chercheurs, on note notamment l’analyse du comportement des bancs de poissons ou encore de la signature lumineuse de certains organismes bioluminescents qui a tendance à changer en présence d’un drone ou d’un sous-marin. En utilisant ces organismes comme système d’alerte biologique, les scientifiques pourraient ainsi établir un « paysage sonore » précis leur permettant de détecter beaucoup plus facilement (et surtout plus discrètement) la présence de tout engin sous-marin indésirable.

Les prochaines étapes de cet étonnant projet vont consister en différentes expériences réalisées en laboratoire, qui, si elles se révèlent concluantes, seront suivies d’autres tests, cette fois dans l’océan.

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Florian Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Florian
Membre
Florian

Comme d’habitude, il y a beaucoup d’idées et d’avancées pour la guerre

Mais pour le reste……………..