― Piyaset / Shutterstock.com

La COP26 s’est achevée à Glasgow samedi dernier. Malheureusement, les résolutions prises par les pays ayant participé à la conférence ne seraient pas suffisantes. Dans une lettre ouverte, 200 climatologues appellent ces derniers à agir immédiatement.

Nous courons vers un réchauffement de +2,7 °C

La COP26 est un échec. Dans une lettre, les climatologues indiquent que des actions immédiates, rapides, durables et à grande échelle sont nécessaires pour limiter le réchauffement climatique à +1,5 degré Celsius, comme prévu dans l’accord de Paris. Ils rappellent que les activités humaines ont déjà entraîné un réchauffement de la planète d’environ 1,1 degré Celsius et que les futures émissions de gaz à effet de serre détermineront le réchauffement supplémentaire.

« Des milliers de scientifiques du monde entier ont travaillé pendant plusieurs années pour publier ce rapport basé sur des preuves. Nous avons désormais l’évaluation la plus complète et la plus robuste de la façon dont le climat a changé par le passé et peut changer dans le futur, en fonction des décisions et des mesures prises aujourd’hui », ont souligné les climatologues dans leur lettre ouverte.

D’après le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), nous risquons d’atteindre le seuil de +1,5 degré Celsius d’ici 2030, soit dix ans plus tôt qu’estimé précédemment. Et malgré les engagements des pays lors de la conférence à Glasgow, l’ONU estime que le monde se dirige vers un réchauffement catastrophique de 2,7 degrés Celsius par rapport à l’ère préindustrielle.

— Alohaflaminggo / Shutterstock.com

Des engagements décevants

Alok Sharma, président de la COP26, ne cache pas que les décisions prises lors de la conférence sont décevantes. « Je m’excuse pour la manière dont s’est déroulée cette conférence, mais il était crucial que nous arrivions à protéger l’accord », a-t-il déclaré.

Cette année, les pays ont reconnu le rôle des énergies fossiles dans le changement climatique. Cependant, sous la pression de la Chine, de l’Inde et de l’Arabie saoudite, la mesure contre ce fléau a été atténuée. En outre, les pays en voie de développement, qui sont vraisemblablement les premières victimes du changement climatique, n’ont obtenu aucune aide financière venant des pays industrialisés pour compenser leurs pertes face à la multiplication des catastrophes naturelles.

4
COMMENTEZ

avatar
4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
BoninWernerlouisAuzarmes Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Auzarmes
Invité
Auzarmes

Non, ça n’est pas un échec, car on va continuer le processus des COP puisque en 2022, ce sera en Égypte !! On continuera donc à faire le point de ce qui aura été fait et de ce qu’il reste à faire …. Il est normal que dans une réunion de ce type où la surenchère est permanente, tous les objectifs ne soient pas atteints !!

louis
Invité
louis

OUAIS! super! tout le monde en string !