L’Europe est dans l’impasse : la Chine ne veut plus être la poubelle du monde

A la fois poubelle du monde et première usine de recyclage de notre planète, la Chine était jusqu’alors le pays qui accueillait les déchets dont l’Europe ne pouvait se débarrasser. Cependant, le pays a pris la décision de ne plus accepter nos déchets. Un choix motivé par l’envie d’être plus responsable mais aussi imposé par son expansion économique.

 

POURQUOI LA CHINE NE VEUT PLUS DE NOS DÉCHETS ?

La Chine a choisi de ne plus accepter ces déchets pour des raisons environnementales déjà évoquées depuis plus de 6 mois par le ministère éponyme. « Nous avons constaté que de grandes quantités de déchets de mauvaise qualité, et même de déchets dangereux, sont mélangés avec des déchets solides. (…) Cela pollue sérieusement l’environnement de la Chine ».

Via cette décision, le pays veut réduire l’importation de matières recyclables dont elle est pourtant l’un des piliers mondiaux. En 2015, sur les 180 millions de tonnes de déchets exportés, la Chine en prenait à elle seule 49,5 millions.

L’entrée en vigueur de cette loi permet aussi de lutter au cœur même du pays contre les entreprises qui ne respectent pas les normes. Si, pendant longtemps, ils incarnaient une matière première indispensable, les déchets sont devenus un fardeau pour la Chine. Ils remplissent des décharges colossales et génèrent de l’énergie polluante alors que le pays s’implique de plus en plus dans la cause environnementale.

 

EN QUOI CETTE DÉCISION CHAMBOULE-T-ELLE LE MONDE ?

Le fait que la Chine ne soit plus dans les mois à venir la « poubelle du monde » est un véritable souci pour le reste des pays. Première nation exportatrice de matières recyclables, la Chine était jusqu’alors la solution qui permettait à l’Union Européenne de s’en sortir. L’Europe exporte à ce jour plus de 50 % de ses déchets vers l’Asie.

Avec cette annonce, l’Union européenne mais aussi les Etats-Unis s’inquiètent déjà pour l’avenir. Certains réfléchissent déjà à une relocalisation des déchets mondiaux et du recyclage tandis que d’autres estiment qu’il faudrait agir directement à la source pour les réduire.

 

QUELLES SOLUTIONS POUR DEMAIN ?

Réduire directement les déchets a beau être la solution la plus bénéfique sur le papier, elle est en réalité compliquée à mettre en place. Même si l’Union européenne envisage de revoir sa copie sur certains points en rendant notamment les plastiques à usage unique recyclables d’ici 2030, elle cherche activement des pays qui accepteraient ses déchets. Parmi les potentiels candidats à cette mission se trouvent des pays déjà envahis par les déchets comme l’Inde, le Cambodge ou le Pakistan.

Cependant, si un nouveau pays destiné à accueillir nos déchets est recherché, la Chine lance un message fort au reste du monde. Au-delà de nos montagnes de déchets, il serait important pour l’Europe de revoir sa manière de traiter les déchets mais aussi le modèle économique qui y est lié et qui pousse les plus riches à faire subir aux plus pauvres les conséquences de notre mode de consommation.


Chaque jour, il se vend 548 Rubik’s cube en France, soit 200 000 Rubik’s cube vendus chaque année.

— @DailyGeekShow