incendie forêt
© Cameron Strandberg / Wikimedia Commons

Les mises en garde concernant les conséquences du changement climatique ont été nombreuses au cours de ces dernières années. Dans une récente étude, des chercheurs indiquent « qu’il y a de nombreuses raisons de soupçonner que le changement climatique pourrait entraîner une catastrophe mondiale ». Ces derniers soulignent que ce sujet est largement sous-exploré par la communauté internationale.

Les pires scénarios climatiques ont été écartés

Les chercheurs indiquent dans l’étude que trop peu de travaux ont été consacrés aux mécanismes pouvant entraîner des risques catastrophiques et irréversibles pour l’humanité. D’après l’étude, nous aurions tendance à « privilégier le moins pire scénario ». Jusqu’ici, les recherches se sont effectivement concentrées sur les effets d’une augmentation des températures de 1,5 degré Celsius à 2 degrés Celsius.

Cependant, tout porte à croire que la hausse ne se limitera pas à cette prévision. Si l’on se base sur la situation et les actions actuelles, il faut notamment s’attendre à un réchauffement de 2,7 degrés Celsius d’ici la fin du siècle.

« Il y a de nombreuses raisons de croire que le changement climatique pourrait devenir catastrophique, même à des niveaux de réchauffement modestes », a déclaré Luke Kemp, l’auteur principal de l’étude. Ce dernier indique que les chemins vers la catastrophe ne se limitent pas aux impacts directs comme les phénomènes météorologiques. En effet, la hausse des températures pourrait également entraîner des crises financières, de nouvelles épidémies, des conflits, etc.

sécheresse
— Alohaflaminggo / Shutterstock.com

Un nouveau programme d’étude

Face à ce dilemme, les scientifiques proposent d’étudier les pires scénarios climatiques. Ils proposent de mener un programme de recherches basé sur quatre problèmes majeurs, à savoir la famine et la malnutrition, les conditions météorologiques extrêmes, les conflits et les maladies à transmission vectorielle.

Les chercheurs expliquent que des événements inattendus tels que la pandémie de Covid-19 démontrent à quel point le monde est peu préparé au pire. « Celle-ci a souligné la nécessité de prendre en compte et de se préparer à des risques mondiaux peu fréquents et à fort impact, ainsi qu’aux dangers systémiques qu’ils peuvent déclencher », ont-ils déclaré.

Pour rappel, une étude affirme que la chaleur rendra une grande partie de notre planète inhabitable d’ici 2100.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments