― Nick Starichenko / Shutterstock.com

Le café fait partie des boissons les plus consommées au monde. Seulement, ses effets sur la santé ont toujours divisé les scientifiques. Des chercheurs de l’école de santé publique de l’université Harvard, à Cambridge, ont récemment analysé un groupement de publications scientifiques concernant les effets de cette boisson sur notre organisme.

Le café : la troisième boisson la plus consommée au monde

Des chercheurs de l’université Harvard ont publié dans le New England Journal of Medicine les résultats de 95 études et méta-analyses sur le café. Il est tout d’abord utile de savoir qu’une tasse de café contient essentiellement de la caféine, des vitamines, des minéraux et de l’acide phénolique aux propriétés antioxydantes. C’est la troisième boisson la plus consommée au monde, après l’eau et le thé. Chez l’adulte, la caféine met généralement entre 2,5 et 4,5 heures pour que la molécule perde son activité pharmacologique. Cependant, cela varie considérablement d’une personne à l’autre.

Pour les fumeurs, le temps que met la molécule pour perdre son activité pharmacologique est divisé par deux. A contrario, pour les personnes ayant recours à une contraception orale, cette durée est multipliée par deux. Chez les femmes enceintes – en particulier au cours du troisième trimestre de grossesse – elle peut perdre son activité pharmacologique en 15 heures. Par ailleurs, la caféine est susceptible de ralentir le développement du fœtus et augmente le risque de fausse couche.

En outre, la tolérance aux effets psychoactifs de la caféine dépend de la génétique. Elle dépend notamment de la variation du gène CYP1A2, qui dirige la production d’une enzyme hépatique clé dans l’élimination de certaines molécules. Les personnes qui ont un métabolisme plus lent ont ainsi tendance à compenser par une consommation de caféine inférieure à celles des personnes sans prédisposition génétique.

— kikovic / Shutterstock.com

Il n’augmente pas le risque de maladies cardio-vasculaires

Contrairement aux idées reçues, la consommation de café n’augmente pas le risque de maladies cardio-vasculaires. La consommation de caféine augmente les niveaux d’épinéphrine et la tension artérielle à court terme. En effet, ces effets se dissipent et l’organisme développe une tolérance à la boisson au bout d’une semaine. Même chez les personnes souffrant d’hypertension, aucun effet substantiel sur la pression artérielle n’a été trouvé par les chercheurs au cours de leurs études.

Enfin, les auteurs de cette analyse indiquent que « boire entre trois et cinq tasses par jour est toujours associé à une diminution du risque de maladies chroniques ». Boire trois tasses par jour réduirait de 40 % le risque de carcinome hépatocellulaire, le cancer du foie le plus fréquent. En outre, cette habitude réduirait également les risques de cancer de la peau, du sein et de la prostate.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de